Amadou Koïta, ministre de la Jeunesse : La récompense d’une trahison…

334

Le gouvernement Modibo Keïta, a été rendu public le 7 juillet dernier. Il compte deux portefeuilles de plus que le précédent, qui comprenait 32 ministres. Parmi ceux qui font (pour la première fois) leur entrée au sein de l’exécutif, figure l’un des membres influents de l’opposition démocratique. Amadou Koïta, a été de tous les combats depuis le renversement du régime de Amadou Toumani Touré, en mars 2012.

Au sein du FDR, il a combattu les putschistes de Kati et a, depuis, cheminé avec des hommes politiques restés très attachés aux valeurs républicaines et démocratiques. Mais, les hommes n’ont pas la même résistance face à la tentation. Ce fut le cas du tout nouveau ministre de la jeunesse et de la Construction Citoyenne. Qui se révéla finalement le maillon faible de l’opposition ; il (Amadou Koïta) n’a pas hésité à mordre au même hameçon que le premier ministre, Modibo Keïta, a tendu (pratiquement) à tous les leaders de l’opposition, dont il supportait mal les critiques, observations et remarques au sujet de la gouvernance du président IBK, surtout en ce qui concerne certaines questions (achat de l’avion présidentiel, contrat d’équipement de l’armée, engrais frelaté…) et qui avaient éclaboussé la République ; et Amadou Koïta était de ceux qui avaient un discours très incisif sur la gestion du Président Keïta.

Aujourd’hui, le portefeuille dont il hérite dans le nouveau gouvernement, n’a pas une autre explication (justification ?) : c’est sa récompense pour avoir trahi ses camarades de lutte : Soumaila Cissé, Tiébilé Dramé, PPR, Modibo Sidibé, Mme Fatoumata Siré Diakité ; des hommes et des femmes, qui au plus profond de la crise, ont eu à lui faire confiance. Hélas ! Il a suffit simplement qu’on le nomme directeur d’une cellule rattachée au ministère des finances, pour que Köita tourne casaque et lâche ses amis de l’opposition.

Dans le groupe, Soumaila Cissé sera certainement celui qui a été le plus surpris du (revirement spectaculaire) de Amadou Koïta, un jeune à qui il faisait beaucoup confiance. Pour l’aider à implanter son fantomatique parti, le PS Yelen Kura, Soumaila l’assistait même financièrement. Il y a 2 ans, face aux difficultés que Koita avait pour mobiliser les ressources pour le financement du 1er congrès ordinaire de son parti, Soumaila est de ceux qui sont venus à sa rescousse en espèces sonnantes et trébuchantes ; à cause de certaines valeurs que le jeune a malheureusement choisi de sacrifier pour des intérêts bassement individualistes.

Papa Sow/Maliweb.net


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here