CAN U20, Burkina Faso-Mali 0-0 : Victoire impérative pour les aiglons à Bamako

389

«Notre objectif, c’était de ne pas perdre ce match à domicile et, surtout, ne pas prendre de buts. Nous allons bien nous préparer pour aller chercher la qualification à Bamako comme on l’a déjà fait au Congo lors du deuxième tour des éliminatoires». Ces propos du technicien burkinabé, Moussa Sanogo résume parfaitement le sentiment général des supporters du Faso après le match nul concédé par les Etalons juniors contre les Aiglons, samedi au compte de la manche aller du troisième et dernier tour des éliminatoires de la CAN U20, Zambie 2017.

Pour les supporters burkinabé, ce match nul face au Mali est un bon résultat dans la mesure où tous les média ouagalais prédisaient une défaite de la sélection locale. Nombre de journaux du Faso pensaient même que les Aiglons allaient plier l’affaire dès cette première manche. C’est dire si la presse locale a été surprise par le nul obtenu par les protégés de Moussa Sanogo «Falcao» contre les juniors maliens.

Aussi, le match livré par le capitaine Lookman Boni Dopanga et ses coéquipiers a fait du boom au cœur des supporters du Faso qui voient du coup les Etalons juniors rééditer l’exploit réalisé au tour précédent contre les Congolais, c’est-à-dire, un match nul qualificatif, voire une victoire à Bamako. Mais les juniors burkinabés ont-ils les moyens de barrer la route aux Aiglons lors de la manche retour ?

S’il est difficile d’imaginer les protégés de Baye Bah laisser filer la qualification à domicile après avoir accroché leurs adversaires à Ouaga, force est d’admettre que le nul 0-0 ne constitue pas une garantie pour les nôtres. Et pour cause, les Aiglons doivent impérativement gagner dans deux semaines à Bamako pour être sûrs de se qualifier pour la phase finale. Pendant ce temps, les Etalons juniors peuvent se contenter d’un nul avec des buts pour valider leur ticket pour la Zambie. Tout se jouera donc à Bamako lors de la manche retour et les Aiglons doivent faire beaucoup attention au piège du match nul. Cela est d’autant plus vrai que comme indiqué plus haut, la sélection du Faso a surpris tout le monde en faisant presque jeu égal avec le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers, samedi au stade du 4 Août de Ouaga.

Pour cette première manche, le sélectionneur Baye Bah a aligné la même équipe qui a étrillé la Mauritanie 4-1 à Bamako lors de la 2è journée des éliminatoires. Dès le coup d’envoi de la rencontre, les Burkinabés afficheront leurs ambitions en exerçant un pressing haut sur les Aiglons. Résultat : Bassirou Compaoré sonne la première alerte après seulement deux minutes de jeu. Parti dans le dos de la défense malienne, l’attaquant du Faso expédie une frappe puissante qui sera contrée par Siaka Bagayogo revenu en catastrophe (2è min).

Galvanisé par ce départ tonique, les locaux reviennent à la charge par Zackaria Sirima, qui, effacé le dernier défenseur malien, ne parvient pas à cadrer face au gardien Samuel Diarra (7è min). Cette action provoque le coup de colère du technicien malien. Baye Bah commence à râler sur ses protégés qui ne tardent pas à réagir. Aly Mallé obtient la première occasion malienne. Peu avant le quart d’heure initial, il fausse compagnie à son garde du corps avant d’envoyer un tir puissant qui sera dévié en corner par un pied adverse (13è min).

Quelques minutes plus tard, Amadou Haïdara envoie à son tour une frappe lointaine qui passe au dessus de la barre transversale (18è min). Alors que les Aiglons commençaient à avoir le contrôle du ballon, le coach burkinabé change carrément son dispositif tactique en passant du 4-4-2 en 4-2-3-1. Cette option tactique permet aux locaux de s’imposer dans l’entre jeu et d’empêcher les Aiglons de développer leur football. Logiquement, la mi-temps interviendra sur le score de 0-0.

Au retour des vestiaires, les Aiglons reviennent avec des bonnes intentions et tentent d’avoir le monopole du ballon. C’était compté sans la détermination des Etalons juniors admiratifs de combativité et qui continueront à jouer sans complexe face aux protégés de Baye Bah. A chaque fois que les attaquants maliens se rapprochaient des buts du gardien Ernest Junior Soré, ils butaient sur l’arrière-garde burkinabé. Tour à tour, Sékou Koïta, Aly Mallé et Sidiki Maïga, perdront leurs duels avec les défenseurs du Faso souvent aidés, il est vrai dans leur tâche, par le trio arbitral centrafricain.

Il faut dire que la sélection nationale n’a pas non plus été brillante en deuxième période. Au contraire, elle a multiplié les pertes de balles et étalé beaucoup de lacunes qu’elle doit impérativement corriger pour espérer battre les Etalons juniors lors de la manche retour. Le sélectionneur Baye Bah a effectué deux changements pour donner du tonus à son équipe (Mamby Koïta et Moussa Diénépo ont remplacé, respectivement Boubacar Traoré et Sékou Koïta) mais cela n’a pas suffi pour permettre aux Aiglons de prendre l’ascendant sur les Burkinabés.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here