Mali: un élu local tué par des « terroristes » présumés dans le Centre

45

Un élu d'une commune dans la région malienne de Mopti (centre) a été "abattu" lundi dans son champ par des "terroristes", ont affirmé à l'AFP des sources de sécurité et municipale maliennes.

"Lundi matin, des terroristes ont abattu l'adjoint au maire de la commune de Wouro-Mody", Kola H. Dia, a déclaré la source de sécurité sous couvert d'anonymat. Wouro-Mody est située à 35 kilomètres à l'ouest de Mopti, chef-lieu de la région.

La source municipale a parlé d'un "assassinat ciblé, exécuté par des terroristes".

"C'est dans le même secteur que les soldats togolais de la Mission de l'ONU (au Mali, Minusma) ont été récemment tués. Il est donc urgent de renforcer la sécurité des populations dans cette partie du Mali", a-t-elle estimé.

Cinq Casques bleus togolais avaient été tués le 29 mai dans une embuscade, à 30 km à l'ouest de Sévaré, dans la région de Mopti.

Selon un habitant de Wouro-Mody assurant avoir vu son corps, les assassins de l'adjoint au maire l'ont "criblé" de balles et sont repartis avec son téléphone portable. "Nous avons vraiment peur pour notre sécurité", a-t-il ajouté.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée aux islamistes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le camp gouvernemental et l'ex-rébellion, censé isoler définitivement les jihadistes.

Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis vers le sud du pays.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here