Concours d’intégration a la douane: Un ancien DG soutire 135 millions F CFA à 30 candidats

111

L’année 2016 est à moitié épuisée. L’administration des douanes avec à sa tête, l’Inspecteur général des Douanes, Modibo Kane Kéita, a dépassé les prévisions en terme de recettes imposées par le département de tutelle. Ce pari n’était pas gagné d’avance si l’on tient compte des conditions dans lesquelles l’homme est arrivé à la tête de la Douane dans un Etat en proie à une crise multidimensionnelle. Les recettes annuelles fixées au titre de l’année 2016 atteignent les 512 milliards FCFA. Les soldats de l’économie sont déterminés à atteindre cet objectif car le chef des gabelous a mis l’homme à la place qu’il faut ! Cette assertion colle bien à la Direction de la Douane malienne. Modibo Kane Kéita reste bien l’homme de la situation. L’ex ministre de tutelle, Mamadou Igor Diarra, un jeune banquier expérimenté, soucieux de renflouer méthodiquement les caisses de l’Etat, ne s’était pas trompé en choisissant Modibo Kane Keita. D’autres cadres ont occupé ce poste bien avant lui. Ils sont actuellement à la retraite et mènent une vie paisible entrain de profiter du fruit de leur labeur. Cela doit être le cas de tous ces anciens cadres. On dit que l’habitude est une seconde nature c’est pourquoi certains de ces cadres ne s’accommodent pas avec leur nouvelle vie c’est pourquoi ils s’adonnent encore à des pratiques peu catholique. Il y a particulièrement un qui malgré ce qu’il a eu lorsqu’il était en fonction est devenu un prédateur pour les jeunes diplômés candidats à l’intégration à la douane.
Conscients que la douane est un passage court pour les jeunes afin de réaliser les rêves de la vie, à savoir la belle femme bien potelée, claire, élégante, aux sourires éclatants, une posture à la forme de la bouteille de coca-cola, la belle maison étages ou les maîtres des lieux occupent l’étage, le rez-de-chaussée étant réservé aux visiteurs, aux domestiques, aux neveux et autres courtisans. Le confort étant les « 4 vœux » villa, verger, virement bancaire, voiture. Dans le beau verger très vert, on passe le dimanche avec ses amis du jour, car il ya une valeur judiciaire bien fournie dans une banque de la place, où dans un coffre, à la maison en lieu bien sécurisé. Ce qui nous intéresse et qui s’apparent à un conte de fée c’est le comportement d’un ancien Directeur Général de la douane malienne qui a quitté ses fonctions, il y a quelques années. En plus de sa fortune comparable aux ‘’4 V’’, il a plusieurs immeubles, des citernes et des remorques qui travaillent pour assurer son confort personnel.
Comme si cette fortune colossale ne suffisait pas il a décidé d’en rajouter. En effet à la veille du concours d’intégration, à la douane en janvier 2016, il a tissé un réseau pour arnaquer les candidats à ce corps paramilitaire bien huileux. Faut-il le rappeler il y avait 2000 candidats inscrits. Il leurs a fait croire, qu’il peut les faire admettre au dit concours moyennant la somme de 4,5 millions de F CFA. Par cette supercherie il est parvenu à tromper 30 candidats, et s’est tapé la coquette somme de 135 millions F CFA. Il est parvenu à faire admettre une dizaine dans le corps des inspecteurs, de contrôleurs et d’agents de constations, laissant les autres sur le carreau. Déçus, les recalés au concours ont réclamé en vain leurs sous depuis la proclamation et l’affichage nocturne des résultats en mars 2016. En effet, cet ancien Directeur de la douane doit 90 millions à ses protégés. Le plan qu’il avait concocté consistait à graisser la patte des correcteurs pour faire passer le maximum de ses protégés. Mais son plan a échoué parce que le gouvernement a instruit à la commission des examens de recruter le maximum de jeunes rebelles dans ce corps. C’est ainsi que pour le corps des inspecteurs parmi les admis il y avait 41 jeunes rebelles, pour le corps des contrôleurs, il y a 47 jeunes rebelles et 35 jeunes rebelles dans le corps des agents de constatation. Le hic chez les autres candidats non retenus, c’est le fait d’avoir constaté sur la liste des admis, des noms des jeunes rebelles qui sont allés déposer leurs bics et leurs feuilles d’examen vierge, car, ne sachant ni lire, ni écrire. Comme pour dire qu’au Mali tous les citoyens ne sont pas égaux devant la loi, depuis la signature du fameux accord d’Alger 2015 pour la paix et la réconciliation ?
On se demande finalement si cet accord seulement le nord du Mali ou l’ensemble du Mali ?
En tout cas à ce rythme, les populations du sud finiront par se révolter. Ce que le Journal « Carrefour » demande à cet ancien Directeur Général de la douane du Mali, c’est de rembourser rapidement les maigres ressources de ces jeunes sans espoir. Contentez-vous de ce que vos nombreuses remorques, citernes et immeubles vous rapportent mensuellement cher citoyen.
Remboursez donc à ces jeunes leurs maigres. Nous y reviendrons plus en détail dans notre prochaine parution L’homme est-il insatiable ?

Badou S KOBA
Source: CARREFOUR

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here