Un camion fonce sur la foule à Nice: au moins 73 morts

79

Un homme au volant d’un camion blanc a foncé jeudi sur la foule à Nice, en France, pendant le feu d’artifice du 14 juillet, faisant au moins 73 morts et des dizaines de blessés, a annoncé une source policière citée par ITELE. Il a été ensuite abattu par la police.

Le véhicule “a foncé sur la foule sur une longue distance, le long de la promenade (des Anglais), ce qui explique ce bilan extrêmement lourd”, a précisé le sous-préfet des Alpes-Maritimes Sébastien Humbert. Selon le parquet de Nice, les victimes ont été fauchées sur une distance de 2 kilomètres.
Les autorités ne se prononcent pas pour l’heure sur la nature de l’attaque, mais, évoquant un possible attentat, elles ont appelé les habitants de Nice à rester chez eux.

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, qui s’exprimait sur BFM TV, a souligné qu’il n’y avait ni prise d’otages, ni hommes retranchés à Nice. “Un individu au volant d’un camion a foncé dans la foule, (…) il a été neutralisé par la police”, a-t-il ajouté. Les investigations se concentrent sur d’éventuels complices.

“Chaos absolu”
Présent sur les lieux lors du feu d’artifice, un journaliste de l’AFP a vu un camion blanc foncer à pleine vitesse dans la foule, suscitant un mouvement de panique et jetant des débris tout autour. “C’était le chaos absolu” dans ces lieux situés au coeur touristique de la grande ville de la côte d’Azur, a-t-il décrit.

“Nous avons vu des gens touchés et des débris voler partout”, a-t-il encore raconté, ajoutant avoir entendu “des gens crier”.

En déplacement à Avignon dans la soirée, le président français François Hollande annoncé à minuit qu’il rentrait à Paris et se rendait directement à la cellule de crise.

Ce nouvel attentat intervient dans un contexte de menace terroriste très élevée, en particulier dans les pays, comme la France, intervenant en Syrie contre l’Etat islamique. Il survient moins de deux semaines avant la fin programmée, le 26 juillet, de l’état d’urgence.

La France a déjà été victime la violence djihadiste les 7, 8 et 9 janvier 2015 lors des attentats contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher à Paris, qui avaient fait 17 morts. Le 13 novembre 2015, d’autres attaques à Paris, notamment au Bataclan, avaient 130 morts.
(ats / 15.07.2016 01h15)


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here