Espace UEMOA: Les ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle en quête d’alternatives économiques contre l’insécurité et les migrations irrégulières

49

Bamako, la capitale malienne a abrité le jeudi 14 juillet 2016 les travaux de la 7ème conférence du Cadre de concertation des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’espace UEMOA. Placée sous le thème : « Développement des compétences techniques et professionnelles et insertion socio-économique des jeunes : Alternatives contre l’insécurité et les migrations irrégulières dans l’espace UEMOA », la cérémonie d’ouverture, de cette rencontre était présidée par le Premier ministre malien M. Modibo Keita. C’était à l’Hôtel Radisson Blu de Bamako en présence entre autres des membres du Gouvernement malien, des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’espace UEMOA et de plusieurs autres personnalités.
Rappelons que la rencontre des ministres avait été précédée par une série de réunions préparatoires des ministres et experts des pays membres de l’UEMOA à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. A ces réunions préparatoires, on notait aussi la présence des représentants de la Commission de l’UEMOA et d’autres partenaires. Ainsi, au cours des discussions, il a été question entre autres de l’évaluation des recommandations de la dernière conférence tenue à Abidjan, de la déclinaison du thème central de la conférence en dispositifs et parcours de formation à destination des jeunes. Il a été question aussi de l’adoption d’un plan d’action concerté et mutualisé inter pays à destination des jeunes en forte demande de qualification et de socialisation. Ces actions doivent avoir comme résultat d’orienter les jeunes vers des emplois décents, existants et accessibles. Elles doivent également faciliter et encourager la transmission aux jeunes de la formation à l’emploi et mettre en place des solutions efficaces à la création d’activités.
Evoquant la thématique, M. Mamadou Talla, ministre sénégalais en charge de la Formation professionnelle, non moins président de ce Cadre de concertation, se dit convaincu que cette conférence marquera un tournant décisif dans le fonctionnement de l’instance pour impacter positivement sur le système de développement de compétences mis en place dans chacun des pays respectifs.
Pour le commissaire malien de l’UEMOA, Seydou Cissouma en charge du département du Développement humain, l’ambition est de continuer à former des cerveaux et des bras pour nos économies. «Autant de bras et de cerveaux qu’il convient de soustraire des engagements mortifère en lien avec le chômage des jeunes, l’insécurité et les migrations irrégulières, tragiques pour les jeunes » a-t-il ajouté. Pour lui, il faut l’insertion socio-économique des jeunes, seules alternatives à l’insécurité grandissante dans nos villes.
Dans son discours d’ouverture des travaux, le Premier ministre malien, M. Modibo Keita a indiqué que la tenue de cet événement au Mali réconforte, au plus haut niveau, de l’appartenance de notre pays à un ensemble. Selon lui, les recommandations du Cadre de concertation ont toujours été prises en compte pour corriger les limites des politiques étatiques dans le domaine de la création de l’emploi et de la formation professionnelle. Pour lui, le thème de la rencontre traduit les préoccupations et les angoisses mais aussi les espoirs des Etats membres.
«Des décisions, il faut les prendre. Si elles ne sont pas appropriées, elles seront révisées mais la non décision est mortelle », a martelé le chef du gouvernement.
Notons qu’à l’issue de la rencontre, les participants ont pris des décisions et fait des recommandations sur entre autres le « Fonds Emploi Jeunes », l’état d’avancement des ONEF/OSREF, la mise en œuvre du Paquet Minimum de Coopération, PMC, et l’opérationnalisation du Secrétariat Permanent du Cadre. Le tout pour qu’au niveau de chaque pays comme au niveau de l’Espace communautaire, des orientations stratégiques et opérationnelles puissent être prises pour permettre de relever les défis actuels liés au chômage et au sous-emploi.
A retenir enfin, qu’initiée à Bamako en 2010, à l’issue du grand forum sur l’emploi et la formation professionnelle, cette conférence des ministres a pris une place de choix dans l’agenda régional.
Dieudonné Tembely

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here