Chronique: Mon Afrique sur 4 angles

94

Zambie: l’opposition dénonce des pressions avant la présidentielle

Le climat politique se détériore en Zambie à l’approche de l’élection présidentielle qui opposera le président actuel Edgar Lungu à huit autres candidats le 11 août. Parmi eux, Hakainde Hichilema fait figure de favori. En 2015, lors de la présidentielle précipitée après le décès du président en place Michael Sata, Edgar Lungu l’avait battu de 20 000 voix seulement.

Le vice-président du parti uni pour le développement national, Geoffrey Mwamba, a subi jeudi matin une intervention musclée de la police à son domicile, à Kasama, dans le nord du pays. Des tirs de gaz lacrymogènes et une entrée en force dans sa maison à 5h du matin.

La veille, le président candidat Edgar Lungu rassemblait des milliers de personnes en meeting dans cette même ville. Un rassemblement qui a poussé le vice-président du principal parti d’opposition à demander à 28 de ses militants de « rester vigilants autour de sa demeure ».

Gambie : l’opposant Ousainou Darboe condamné à trois ans de prison

Le leader de l’opposition gambienne vient d’être condamné à trois ans de prison ferme par la Haute Cour de Justice de Banjul. La sentence du juge est tombée mercredi sur la tête du farouche opposant au régime de Yaya Jammeh. Dix huit autres accusés considérés comme des souteneurs de l’opposant ont aussi reçu le fouet.

Darboe et les dix-neuf militants de l’opposition étaient sous le coup de plusieurs chefs d’accusation : incitation à la violence, interférence tapageuse avec des véhicules, organisation de manifestation sans autorisation, désobéissance à un ordre de dispersion d’une manifestation illégale.

Ils avaient été interpellés lors des manifestations de l’opposition gambienne qui exigeait la réforme du code électoral puis pour protester contre le décès en détention d’un responsable de l’UDP.

Burkina Faso : Des organisations syndicales dénoncent l’ingérence des autorités dans les médias

Les autorités burkinabés sont de trop dans le fonctionnement des médias au Burkina. Ce sont des organisations syndicales qui dénoncent ainsi leur immixtion dans ce secteur. Ces organisations pointent du doigt les « agissements » de l’actuel ministre en charge de la Communication, Remis Fulgence Dandjinou.

Dans un communiqué qui nous est parvenu, l’Association des journalistes du Burkina (AJB) et le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), dénoncent l’attitude du ministre fait suite à un certain nombre de faits qui rappellent les pratiques des autorités sous l’ère de l’ex-président Blaise Compaoré, « l’immixtion grossière » dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information, qui dénature souvent le contenu des reportages.

Cette intrusion, poursuit le document, expose, par ailleurs, les travailleurs des médias publics à la vindicte populaire lors de la couverture des manifestations publiques.

C’est pourquoi, les deux organisations encouragent les hommes et les femmes de médias à résister contre la politique du ministre de la communication qui les demandent de soutenir la démarche du gouvernement.

Mali : la Minusma condamne l’attaque contre un camp militaire

La mission de maintien de la paix des Nations unies au Mali condamnee fermement l’attaque perpétrée mercredi contre un camp militaire et des postes de contrôle à Nampala, dans la partie centrale du pays. Cette attaque a été perpétrée et revendiquée mercredi par un groupe armé nouvellement créé.

Selon certaines informations qui nous sont parvenues, la Minusma a mobilisé une reconnaissance aérienne majeure et des ressources médicales, en coordination avec les autorités maliennes, en réponse à l’attaque.

Le président, Ibrahim Boubacar Keïta a appelé les forces de sécurité malienne à veiller davantage à la sécurité des populations.

A sa suite, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu au Mali et chef de la Minusma, Mahamet Saleh Annadif a souligné la nécessité pour toutes les parties maliennes de travailler ensemble pour empêcher aux organisations terroristes de tirer profit de la situation pour faire dérailler le processus de paix.


Afrique360

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here