Après l’attaque terroriste de Nampala et la guerre fratricide de Kidal : L’Urd demande à IBK de dire aux Maliens qui sont les amis du Mali qui refusent que nos FAMA soient équipées d’armes aériennes

97

Lors de la cérémonie d’hommage national à nos soldats tués au cours de l’attaque terroriste de Nampala, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a déclaré que tout a été fait par certaines puissances pour empêcher l’équipement des FAMA. Cette phrase a suscité la colère et l’incompréhension chez les Maliens qui ont hâte de voir l’armée malienne retrouvée sa puissance de feu.

C’est lors du point de presse qu’il a animé que le principal parti de l’opposition, l’Urd, a demandé au Président de la République de dire à ses compatriotes qui sont nos amis qui refusent que l’armée malienne soit équipée d’armes aériennes. Les principaux orateurs de cette rencontre avec les journalistes étaient, le Premier vice-président, Pr Salikou Sanogo, le Secrétaire général, Madani Traoré et le Secrétaire à la communication, le brillant avocat, Me Demba Traoré. Au cours de ce point de presse, l’Urd a estimé qu’il «est vraiment temps que le Président de la République explique aux Maliens pourquoi notre armée ne dispose pas encore d’avions et d’outils adéquats de combat? Quels sont les amis du Mali qui refusent que nos FAMA soient équipées d’armes aériennes?».

Dans ses propos liminaires, Pr Salikou Sanogo a indiqué que toute la Nation s’est indignée. «Indignée par la barbarie et l’atrocité des faits, indignée par la communication désastreuse entretenue autour de cette tragédie par le Gouvernement. Le Président de la République a réuni un Conseil de défense le même jour pour ensuite reconnaître qu’il y a eu des dysfonctionnements au sein de l’appareil militaire sans aucune précision. Le ministre de la Défense déclare avec un sérieux déconcertant, le même jour, à la Télévision nationale que “nos forces sont revenues prendre le contrôle du camp et sécuriser la ville”. Son message a été relayé par son homologue de la Communication, porte-parole du Gouvernement sur les antennes de RFI le lendemain 20 juillet 2016. « Au même moment les populations de Nampala étaient abandonnées à elles-mêmes. Aucun renfort pompeusement annoncé par ces deux membres du Gouvernement n’était présent dans la ville. Le maire de Nampala, entre autres, interrogé par la presse malienne et internationale dont Jeune Afrique, a démenti formellement les propos tenus la veille par les deux ministres», a-t-il noté. D’où ses interrogations: «pourquoi mentir que Nampala a été sécurisée alors que rien n’en était? Pourquoi? Pourquoi? Si la ville était réellement sécurisée pourquoi le Président de la République ne s’y est pas rendu pour célébrer nos vaillants soldats tombés sur le champ de l’honneur? Qu’est-ce qui s’est passé réellement? Qu’est-ce que le Gouvernement cache au peuple? Pourquoi nos forces ne sont pas suffisamment outillées pour faire face à l’ennemi? Qu’est-ce qu’on a fait de la loi de programmation militaire votée à l’unanimité par l’ensemble de nos députés?». C’est pourquoi, l’Urd appelle à la démission de ces ministres du Gouvernement. Selon le premier vice-président du parti de la poignée de mains, «les dérives du pouvoir ont atteint un seuil dangereux mettant à nu l’incompétence du Gouvernement du Premier ministre, Modibo Keïta».

«Nous arrivons à la triste conclusion que le Président de la République et son gouvernement font preuve d’incompétence patente et avérée. Aujourd’hui le Président de la République et son Gouvernement doivent reconnaître, pour leur honneur, pour celui du Mali et pour le bonheur des Maliens qu’ils sont dépassés par les événements et tirer les conséquences de leur incompétence. Ce sera justice», a conclu Salikou Sanogo.

Youssouf Diallo

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here