Sur la situation de Kidal : Après l’assaut donné par le Général Gamou et ses hommes, le Gouvernement malien lance un appel à la retenue

181

La recrudescence de la violence dans la région de Kidal n’est-elle pas en train de compromettre le processus de paix et de réconciliation tant souhaité par les Maliens ? Des affrontements d’une rare violence ont opposé le 22 juillet dernier des Mouvements armés. Un bilan est de plusieurs dizaines de victimes. En tout cas, la seule réponse que donne Bamako pour l’instant, est un appel à la retenue à ces groupes signataires de l’Accord.
La semaine dernière n’était pas de tout repos à Kidal. Les armes ont encore parlé. La peur dans l’âme, les habitants sont restés longtemps terrés chez eux.
En effet, une dizaine de personnes ont trouvé la mort dans la nuit du jeudi à vendredi 22 juillet dans des combats violents qui ont opposé deux Mouvements armés signataires de l’Accord : le Gatia et la Coordination des Mouvements de l’Azawad.
L’assaut matinal du vendredi 21 juillet sur Kidal n’a eu que la durée d’une étincelle. La ville libérée des mains des rebelles par le Général Gamou et ses hommes n’a eu que la durée d’une étincelle. Elle sera reconquise dans les heures qui suivent par la Minusma qui, doit avoir de bonnes raisons pour ne pas cautionner cet exploit du Général Gamou.
Dans une déclaration dont nous avons reçu copie et lue le 22 juillet dernier sur les ondes de la télévision nationale(ORTM) par le Ministre en charge de l’Economie Numérique et de la Communication Me Mountaga Tall, le Gouvernement de la République du Mali se dit fortement préoccupé et par la même occasion «suit avec gravité les affrontements qui opposent à Kidal deux des mouvements parties prenantes de l’Accord de Paix et de Réconciliation issu du processus d’Alger».
Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces affrontements d’une violence rare ne servent qu’à compromettre le processus de paix et de réconciliation avec des accords obtenus à Bamako dès le 15 mai, puis le 20 juin 2015 sous l’impulsion de la Communauté internationale.
Pourtant, la signature de ces Accords avait suscité à l’époque de réels espoirs chez la plupart des Maliens désireux de vivre dans un pays havre de paix.
Malheureusement, c’était sans prédire la mauvaise volonté des ennemis de la paix , tapis dans l’ombre pour réussir leur funeste projet de la partition du Mali.
A la lecture de la déclaration concernant la triste situation de la région de Kidal, les inquiétudes du gouvernement apparaissent de toute évidence.
En effet, l’exécutif par la voix de son porte parole, « considère que la situation créée par ces affrontements constitue une menace grave pour la mise en œuvre de l’Accord notamment pour la mise en place rapide des Autorités Intérimaires qui contribueront à la normalisation et à la sécurisation des populations dans les zones concernées ».
D’où la motivation des plus hautes autorités demandant « à la CMA et au HCUA de faire preuve de retenue et d’arrêter les hostilités dans l’intérêt supérieur des populations », lit-on dans la déclaration dont nous reçu une copie.
En de pareilles circonstances, le Gouvernement malien lance un « appel au calme et à la poursuite du dialogue », lit-on dans la déclaration.
Dans le texte, le Gouvernement de la République du Mali a aussi « déploré les pertes en vies humaines et surtout celles liées aux populations innocentes ».
Enfin, le ministre porte parole du Gouvernement a présenté ses condoléances les plus attristées de l’exécutif aux familles durement éplorées.
Aussi impartiale que puisse paraître la déclaration, elle s’illustre tout de même comme une première étape, nous l’espérons, pour l’Etat de réussir son test de témoignage envers l’opinion nationale et internationale concernant la tournure que pourrait prendre les événements dans les jours ou mois à venir.
Moussa Wélé Diallo

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here