Pour se maintenir dans le gouvernement: Tiéman Hubert Coulibaly attribue le marché du carburant de l’armée à Oryx Essences

130

La formation du gouvernement III du Premier ministre, Modibo Keïta, n’en finit pas de révéler ses secrets. Le ministre de la Défense et des Anciens combattants doit sa survie dans la nouvelle équipe gouvernementale grâce à la protection des intérêts de la «Ma famille d’abord».
Depuis le réaménagement ministériel intervenu le 7 juillet dernier, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la famille présidentielle est au cœur de la gestion politico- administrative et économique de notre pays. Elle fait et défait les gouvernements selon ses intérêts inavouables au détriment du peuple malien qui souhaitait lors de la présidentielle de 2013 l’amélioration de ses conditions de vie en élisant IBK, avec 77,66% des suffrages exprimés, à la magistrature suprême.
Cette forte implication de la famille du président dans la gestion du pays se comprend aisément quand ont sait que le président Keïta, qui est arrivé au pouvoir après une transition sous contrôle de l’impérialisme occidental, n’avait ni vision politique ni projet de société encore moins des femmes et hommes capables de révéler le défi du changement prôné par les Maliens capables par les Maliens.
Dans notre parution N°565 du lundi 25 juillet 2016, nous avions évoqué le cas de l’ancien ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Frankaly Keïta, éjecté de son fauteuil pour avoir refusé de préserver les intérêts de «Ma famille d’abord». Il est tenu responsable de priver la besace de Karim Keïta, fils du président de la République, d’une manne financière d’un montant de 4 milliards de F CFA.
Le ministre Keïta avait donné ce marché d’essence à un opérateur économique en faisant mordre le carreau à la société de «Ma famille» dont les membres n’imaginent pas qu’on puisse signer un contrat aussi juteux dans ce Mali sans qu’ils ne donnent le nom de l’entreprise qui doit apposer sa signature au bas du document.
Ainsi, Mamadou Frankaly Keïta a appris à ses dépens qu’on ne doit pas tenir tête à celui qui tire les ficelles du pouvoir. Il a été mis de côté lors du réaménagement du gouvernement III du Premier ministre Modibo Keïta.
Le départ de l’ancien ministre de l’Energie et de l’Eau est un avertissement pour les nouveaux ministres qui doivent savoir que les intérêts de «Ma famille d’abord» doivent être sauvegardés à tout prix afin de ne pas fâcher le «fiston national».
Ainsi, ceux qui ont compris que les intérêts de «Ma famille d’abord» priment sur l’intérêt national, sont gardés dans le gouvernement malgré leur bilan négatif à la tête de leur ministère. C’est le cas du ministre de la Défense et des Anciens combattants.
Tiéman Hubert Coulibaly, puisqu’il s’agit de lui, est le seul rescapé des ministres de la transition qui siègent encore dans les gouvernements successifs formés par IBK depuis qu’il a prêté serment en septembre 2013. Il doit cette longévité dans les équipes gouvernementales à sa volte-face. Le ministre Coulibaly était parmi ceux qui ne devraient pas figurer dans le gouvernement III de Modibo Keïta. Mais, il a été sauvé à la dernière minute par Karim Keïta qui aurait mis une croix sur celui qui devait être le N°2 du gouvernement. Ce sauvetage fait de lui le N°2 du gouvernement dans l’ordre de présence à la surprise générale des observateurs avertis de la scène politique malienne.
La raison de ce maintien dans le gouvernement III de Modibo Keïta est simple. Le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, a attribué le marché du carburant de l’armée à l’Oryx Essences, une société qui appartient au fils du président. C’est ce que Mamadou Frankaly Keïta n’avait pas accepté.
Nous ignorons pour le moment le montant de ce marché, mais ce qui est sûr, c’est que celui qui détient un tel marché aura de quoi lécher les doigts. Surtout pour une armée en guerre contre les terroristes et qui se bat pour rétablir la souveraineté du Mali sur l’ensemble du territoire national dont une partie (Kidal) reste entre les mains des narcotrafiquants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la France, sa marraine, ennemie du peuple malien.
Yoro SOW

Source : L'Inter de Bamako


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here