Tribune : Général El Hadj Gamou, un loyaliste

78

La République c’est la fidélité à ses serviteurs, la loyauté à ceux qui la font vivre. Voilà pourquoi devant la frénésie d’accaparement et de compromission de toutes sortes, nous devons veiller à la protection des femmes et des hommes qui nous ont permis de croire puis de défendre l’unité nationale gravement menacée.
Dans la crise multidimensionnelle actuelle, un homme symbolise cette unité plus que tout autre dans les régions nord du Mali.
Il est un véritable mythe vivant des Imghad, une communauté marginalisée par les tribus touareg dont la majorité se trouve dans les régions de Ménaka et de Kidal.
Les enfants Imghad lui sont confiés pour qu’il décide de leur avenir à sa guise. Ce qui témoigne de son statut dans cette communauté. Vue la précarité ambiante, l’armée ou le métier des armes est la seule issue possible. De fait El Hadj Gamou est condamné à être Malien par devoir et par loyauté, et surtout militaire malien.
Ceux qui le connaissent le créditent d’un réseau d’informateurs dense dans le désert.
Très bon militaire et chef de tribu, il a certainement sauvé le Mali d’une partition certaine en discréditant par son engagement aux côtés de l’armée malienne, la thèse du conflit ethnique dans les régions Nord du Mali.
On comprend aisément toutes les tentatives menées soit pour le tuer, soit pour le discréditer par les ennemis de notre pays, ceux qui œuvrent au quotidien à la partition du Mali.
A la faveur de la nouvelle situation créée ou à créer par l’Accord d’Alger 2015 et ses protocoles additionnels, les patriotes maliens doivent veiller à ce que ce Général de grande valeur ne soit sacrifié de quelque manière que ce soit.
Le signes précurseurs de sa marginalisation nous parviennent de plus en plus, travaillons à échec.
Souleymane Koné
Source: L'Aube

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here