Nomination dans les hautes fonctions de l’Etat en conseil des ministres : De nouvelles professions créées de toute pièce.

176

Le conseil ordinaire des ministres se réunit généralement chaque mercredi à 9heure pour pencher sur l’Etat d’avancement du projet de société pour lequel le peuple malien a voté. Dans cette évaluation, plusieurs domaines sont concernés à la fois. Il y a l’adoption des projets de texte, les communications relatives aux rapports présentés par les ministres concernés et en fin les propositions de nomination s’il y a lieu. C’est ce dernier point qui nous intrigue, depuis l’arrivée aux affaires du Président IBK. On assiste depuis sa prise de fonction à des nominations douteuses quant aux titres et professions présentés dans le curriculum vitae des cadres proposés.
En effet, dans les nominations, on n’a toujours apprécié le niveau d’instruction des personnes nommées par la clarté de la dénomination de leurs professions, selon la codification au niveau de la fonction publique. On peut citer entre autres les professions : d’ingénieur des industries, d’ingénieur d’agriculture, d’ingénieur de génie civil, d’inspecteur de la jeunesse, d’inspecteur des services économiques, d’inspecteur des finances, d’inspecteur des impôts, d’inspecteur du trésor, d’inspecteur du travail, d’administrateur civil, de professeur d’enseignant secondaire ou supérieur, de maitre de conférence , d’attaché de recherche etc. Au lieu d’entendre ces professions classiques, on entend désormais de nouvelles professions à savoir : gestionnaire, administrateur de sociétés, juriste, macro-économiste etc.
Dans notre attelage gouvernemental il n’est pas interdit d’employer des cadres n’étant pas de la fonction publique. Mais ils doivent avoir un diplôme qui peut être classé selon la nomenclature des professions de la fonction publique. A défaut de cela, le peuple doit être à mesure de connaitre la vraie nature de leurs diplômes. Aucun diplôme délivré n’est intitulé gestionnaire, juriste, macro-économiste ou administrateur de sociétés.
Tout ce qui gère est un gestionnaire, tout administrateur qui occupe un poste de contentieux est un juriste, tout planificateur est un macro-économiste, toute personne qui est membre du conseil d’administration d’une société est un administrateur de sociétés. Si on n’arrive pas, lors d’une nomination à citer le diplôme universitaire d’un cadre, cela veut dire que ce dernier n’a pas de diplôme ou alors son diplôme est faux. Il n’est donc mesuré que par copinage ou par relation simplement politique.
Nombreux sont les cadres nommés par IBK dans ce cas à commencer par le Directeur Général de l’autorité Routière, le tout nouveau ambassadeur du Mali au Qatar, l’actuel ministre du commerce, et même le Président de la République. Rares sont les cadres maliens qui connaissent quel diplôme il à fait à la Sorbonne pendant ces 14 années passées dans cet établissement.
Avec de telles pratiques, on comprend, pourquoi, beaucoup de cadres dans l’attelage gouvernemental ne connaissent pas les procédures administratives. Ce qui explique tous les nombreux cas de fautes graves à réparer d’où la mal gouvernance actuelle tant décriée.

Alassane Traoré

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here