Affrontements CMA-GATIA : Kidal : des observateurs se prononcent sur la situation sécuritaire

77

Les affrontements entre la Coordination des mouvements de l’Azawad et le Gatia pour la gestion de la ville de Kidal était le thème de l’émission “Kunafoni Blon“ sur Renouveau TV. Autour du plateau, les acteurs de la scène politique et observateurs ont fait une analyse lucide de la crise au septentrion de notre pays.

La ville de Kidal, fief de tout ce que le Mali compte comme groupes armés, est le théâtre d’affrontements sanglants. La thématique était en débat sur Renouveau TV avec comme invités Aboubacar Sidiki Fomba, président du parti ADPM (majorité présidentielle, Moussa Aliou Kéita, Mouvement national pour la démocratie (opposition) et Tidiane Tangara, journaliste.

Le président du parti Alliance démocratique du peuple malien, Aboubacar Sidiki Fomba, a fait savoir que la tension à Kidal est une guerre de positionnement. “Ces affrontements entre la Coordination des mouvements de l’Azawad et le Gatia s’expliquent par le non respect des engagements de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger par le gouvernement et les groupes armés. Chaque groupe veut avoir une main mise sur la ville. Ce faisant, ils foulent aux pieds l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger”, a-t-il dénoncé. Pour lui, le gouvernement et la médiation n’ont pas respecté les engagements du processus de paix.

Tidiane Tangara et Moussa Aliou Kéita ont rejeté sur la France et la Minusma la responsabilité de la guerre à huis-clos dans la Cité de l’Adrar des Ifoghas. “Le problème du Nord de notre pays est culturel, un problème créé par l’Allemagne et la France. Le moment est venu de dire la vérité aux amis de la Minusma et la force Barkhane. Les deux alliées ne manifestent pas leur bonne volonté aux Maliens”, a laissé entendre Tidiane Tangara.

Pour le président du Monade, les chances de l’accord sont hypothéquées par les nombreuses “ententes”. En conséquence, Moussa Aliou Kéita a proposé la tenue d’une concertation nationale afin de donner une nouvelle dynamique au processus de paix enclenché en 2013.

Fatoumata Tata Sogoba

Stagiaire

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here