Libération des voies publiques à Bamako: Le secteur informel menacé

99

Dans le cadre des opérations pour la libération des voies publiques de la ville de Bamako, une rencontre s’est tenue au Gouvernorat du district ce Bamako le lundi 1er Août. Cette rencontre avait réuni les leaders religieux, les chefs des quartiers de Bamako, le RECOTRAD, le conseil de la jeunesse du Mali, les maires des 6 communes du district, le président de la chambre de commerce et d’industrie du Mali ainsi que les syndicats des commerçants. C’était sous la présidence de la Gouverneure de Bamako, Aminata Kane. Cette réunion avait pour but de sensibiliser les populations à travers ces différents représentants pour la réussite de l’opération de déguerpissement.
Après quelques jours d’opération dans les centres de la ville de Bamako ayant occasionné plus de 8000 chômeurs, contre 2000 promis par le gouvernement IBK, les tentions étaient vives entre les autorités et les occupants des lieux. C’est suite à ces échauffements que la nouvelle Gouverneure a rencontré les leaders religieuses et coutumières et la société civile pour sensibiliser les populations afin d’apaiser les tensions et venir à bout de cette opération.
Les grandes voies de la ville de Bamako font l’objet d’encombrement à cause des installations des kiosques aux bordures des routes par des commerçants de façon illicite. Le désencombrement des voies était une grande préoccupation des autorités depuis des années. La nouvelle Gouverneure a cette fois-ci pris l’initiative d’en finir avec une situation qui a perduré sans solution.
Cette rencontre avec les différents représentants de la société civile a été fructueuse, d’autant plus qu’il n’y a eu aucune contradiction de cette décision, estiment certains participants.
Cependant, des zones d’ombre qui méritaient être éclaircies, n’ont pas échappé à la recommandation des participants.
Selon le président de la chambre du commerce et de l’industrie, Youssouf Bathily : « sortez d’ici mais, allez-y là-bas est encore mieux ». Des mesures d’accompagnement seraient nécessaires pour amorcer le coup. Il a déclaré aussi que même les marchés ne sont pas dans les normes d’immeubles commerciaux. Des doléances ont été déposées auprès de Me Aly Bathily, David Sagara en son temps et aussi Boubou Cissé, pour pouvoir construire des marchés, mais il n’y a pas eu de suite favorable, ajoute-t-il.
Quant au représentant du Conseil National de la Jeunesse du Mali, Mamadou Satigui Sidibé, certes, l’information à propos du déguerpissement des commerçants des voies n’a pas été abondamment faite, mais il soutient l’action du Gouvernement. Pour la réussite de cette opération, l’impartialité doit être la règle d’or. Il dira que tout essai de favoritisme compte tenu de la personnalité de quiconque, conduira vers un échec, buildings ou kiosques sont pareils ».
Le maire du district, Adama Sangaré, les maires des 6 communes sont dans la même lancée que la gouverneure. Il estime que le début de cette action est moins important que la finition. S’il n’y a pas de suivi, la même situation risque de recommencer.

Boureïma Tembely

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here