Recettes douanières : Environ 44 milliards FCFA mobilisés en juillet passé

93

La grève des transitaires sénégalais au port de Dakar n’a pas empêché les Douanes maliennes d’atteindre leur objectif de recettes en juillet passé. Nonobstant les difficultés et les jours d’arrêt d’activités dans le port, les gabelous sous la direction de Modibo Kane Keïta ont réussi à mobiliser environ 44 milliards FCFA. Pour y arriver, certains Bureaux de douanes ont dû travailler jusque tard dans la nuit pour traiter les dossiers de dédouanement des marchandises. Selon nos sources, la Direction Générale des Douanes sénégalaises a pris de nouvelles décisions relatives aux marchandises en transit au Sénégal, notamment le dépotage des produits en transit qui ne se faisait pas dans les règles de l’art. Pour y voir clair, l’administration douanière sénégalaise a instruit des nouvelles directives qui n’étaient pas du goût des Bureaux de transit sénégalais. Du coup, ils ont observé un arrêt de travail, paralysant les activités dans le port pendant plusieurs semaines. Une situation qui a fortement impacté négativement sur les activités des Douanes maliennes, surtout que l’évènement est tombé à un moment crucial dans les mouvements des douanes. C’était à l’approche de la clôture du mois. Mais, l’expérience des hommes et des femmes à la manœuvre à la Direction générale sous la conduite de Modibo Kane Kéïta, a permis de contourner l’obstacle laissant le pire derrière.

C’est au regard de cette performance qui monte crescendo que le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé et les partenaires techniques et financiers, notamment le Fonds Monétaire International (FMI) sont en train d’examiner en ce moment les possibilités d’augmenter les objectifs de recettes des Douanes maliennes, qui devront être portés à 585 milliards FCFA en 2017 contre environ 523 milliards FCFA en 2016, soit un accroissement de 62 milliards FCFA. Pour y parvenir, les simulations ont montré que la DGD devra mobiliser une moyenne d’un peu plus de 48 milliards FCFA par mois. A croire nos sources, rien n’est encore définitivement arrêté à ce sujet. Mais, les techniciens maliens et ceux du FMI sont en train d’examiner les niches d’opportunités devant concourir à la réalisation du projet. Mais, d’ores et déjà, à la DGD, l’on se prépare à relever le nouveau challenge. Car, il y a seulement un an et demi, les décideurs maliens et les techniciens du FMI étaient dans la dynamique de dégrader les objectifs de recettes de la DGD au motif qu’elle a montré toutes ses limites. Cette perte de confiance en la capacité des gabelous à accomplir correctement leur rôle dans la construction nationale a piqué au vif les cadres dans leur fierté. Dès lors, ils se sont lancés le défi de se surpasser jusqu’à réaliser le miracle. Au point qu’aujourd’hui, la voix du Directeur général des douanes maliennes pèse lourde dans la balance. Car aujourd’hui, de tous les services de recettes au Mali, les Douanes impriment en la parole publique : crédibilité, confiance et assurance. Dans un pays profondément secoué par une crise multiforme, ces trois valeurs sont d’importance incommensurable dans ses relations avec les autres. Car, il doit pouvoir détenir des moyens de sa politique, notamment son honorabilité au plan international en honorant ses engagements surtout financier pour pouvoir exister en tant qu’Etat souverain.

Cela ne saurait se réaliser sans une mobilisation sans faille des services de recettes.

M. A. Diakité

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here