L’ITIE : Vers la suspension du Mali

28

Par faute d’incompétence et de manque de vision du premier responsable, le Mali risque d’être suspendu au sein de l’initiative pour la Transparence dans les industries extractives. Et ce n’est pas Boubacar Tienta, le secrétaire général de l’institution qui dira le contraire.

Depuis son adhésion à l’ITIE depuis le 29 Aout 2011, le Mali est conforme à cette initiative grâce à l’implication des plus hautes autorités en collaboration avec les sociétés minières, de la société et des partenaires techniques. Ainsi, de la mise en place des organes de la structure notamment le comité de supervision présidé par le Premier ministre et celui de pilotage présidé par le Ministre des Mines, la transparence et la bonne gouvernance étaient le socle  du secteur extractif au Mali, où l’extraction de l’or reste une activité majeure.

L’un des critères d’admission à l’ITIE qui est de nommer un haut représentant chargé de sa mise en œuvre, tant au niveau du comité de pilotage qu’au niveau du secrétariat permanent est observé. Au moment du départ de Djibroula Togola, ancien secrétaire permanent et conseiller technique, toutes les parties s’attendaient à la désignation d’un cadre expérimenté dans l’administration ou dans le secteur minier. Mais grande fut leur surprise et leur déception de voir en 2014, Boubacar Tienta parachuté à ce poste. Il a suffi quelques jours pour comprendre ces comportements qui sont contraire à la norme et du coup, il a exposé la structure à la rétrogradation.

Les coups bas

Les efforts consentis jusque-là et les progrès réalisés dans le secteur se sapent à petit coup. En effet, il nous revient que M. Tienta manque les compétences nécessaires pour faire aux préoccupations du moment. La preuve, lors des différentes  sessions du comité de pilotage et de supervision, M. Tienta lors des présentations pataugent.

Sa lecture qui ne donne pas envie de suivre quoique ce soit n’est nullement accompagnée par des commentaires. Comme si cela ne suffisait pas, les questions posées après lecture, pardon après présentation ne sont nullement pas prises en compte.  Quelque fois, ce sont les quatre assistants qui font le travail à  sa place. C’est comme le cas de   la rencontre de Pérou.

Autres facteurs aggravants, l’utilisation des biens du service :

En la matière, notre héros du jour serait loin d’être le bon exemple. En effet, le véhicule  de l’ITIE serait utilisé à des fins  personnelles de M. Tienta. D’ailleurs plus budgétivores que lui, tu meurs, un tour à la DFM du ministère des mines ou de la direction du budget suffira pour se rendre à l’évidence. A ce rythme, les choses risquent de se compliquer pour l’ITIE Mali.

Dans nos prochaines parutions, nous évoquerons la manigance en gestation  pour le changement du type de contrat, de la charge inutile de M Thienta  et la vague de contestation qui se prépare au sein de ce service stratégique du ministère des mines.

Djibril Traoré


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here