Promotion du maraîchage: L’INAGRIM offre des houes maraîchères à des exploitants de Kayes

45

L’Initiative Agricole pour le Mali en France (INAGRIM) veut révolutionner le secteur de la production maraîchère, par l’introduction d’outils agricoles pouvant permettre de faciliter le travail et d’améliorer les rendements.
Le jeudi 11 août 2016, elle a remis à des producteurs de la région de Kayes un lot de houes maraîchères. D’un coût de 1 407 000 millions de FCFA, ce lot d’outils agricoles modernes a été réceptionné à la Direction des Finances et du Matériel du ministère de l’Agriculture par le ministre Kassoum Dénon.
Pour la phase test, ils seront utilisés dans la région de Kayes cette année, principalement dans le cercle de Yélimané. Par ce geste, l’INAGRIM veut jouer sa partition dans la lutte contre la pauvreté et la famine, à travers des investissements dans le secteur agricole, selon son Représentant Résident au Mali, Adya Sow.
Cela est d’autant plausible que l’INAGRIM trouve que le secteur agricole est l’un des secteurs où la manne financière de la diaspora, estimée à plus de 400 milliards de FCFA, pourrait être la mieux utilisée.
Pour Kassoum Dénon, au delà du geste, on ne peut plus symbolique, cette remise illustre l’engagement de l’INAGRIM dans la lutte contre pauvreté et la famine, à travers des actions en faveur du renforcement des capacités de production et de transformation agricoles des paysans, des groupements de femmes et de jeunes ruraux, afin d’augmenter la productivité agricole et de réduire ainsi les récurrentes crises alimentaires au Mali.
Pour rappel, l’INAGRIM est une association agricole créée en France par la diaspora malienne pour promouvoir et valoriser les activités agricoles au Mali.
Yaya Samaké

Même s’il est très peu bavard sur la question, le Gouvernement malien a investi, et même beaucoup investi, dans des actions humanitaires au profit des couches vulnérables, principalement dans les trois régions du Nord du pays et au Centre, dans la région de Mopti. Pour communiquer sur ces actions, la Direction nationale du développement social (DNDS) a animé le samedi 13 août 2016, dans ses locaux, un point de presse. A cette occasion, le Directeur national adjoint du développement social, Ibrahim Abba Sangaré, a fait une importante présentation qui résume ces actions. Nous vous présentons ci-dessous sa communication.
Y.Samaké
A l'entame de mes propos, je voudrais tout d'abord vous remercier tous ici présent pour avoir bien voulu répondre à notre invitation et vous souhaiter la très chaleureuse bienvenue à la Direction Nationale du développement Social, pour communiquer et informer l'opinion nationale et internationale sur les actions menées par le Ministère de la Solidarité et de l'Action Humanitaire et ses partenaires dans le domaine Humanitaire.
Ce point de presse, s'inscrit dans le cadre des activités de communication du Ministère en charge de l'action humanitaire sur ses missions et ses principales réalisations.
Je me permettrai tout d'abord de vous rappeler que le Ministère de la Solidarité et de l'Action Humanitaire, conformément au décret n°20 16-0574-P-RM du 8 août 2016, fixant les attributions spécifiques des membres du Gouvernement a entre autres pour
mission:
Le développement et l'Organisation de la Solidarité Nationale et de la lutte contre la pauvreté;
La définition et la mise en œuvre de programme d'insertion économique et professionnelle des personnes défavorisées ou victimes de mesures économiques
spécifiques;
La coordination de la mobilisation et de l'utilisation des aides alimentaires destinées aux populations victimes de crises;
La coordination des actions humanitaires dans les situations de crise,
La coordination de l'organisation du retour des maliens réfugiés de l'extérieur et de leur réinsertion socioéconomique ;
La prise en charge des victimes civiles d'actes terroristes.
La Direction Nationale du Développement Social est un Service central du Département en charge de l'Action Humanitaire, ayant pour missions essentielles de: préparer les projets et programmes ou de plans d'action en matière de lutte contre la pauvreté et l'exclusion, d'aide et de secours, de prévention et de gestion des crises à caractère humanitaire; veiller à la mise en œuvre des décisions et programmes en matière de défenses sociales contre les phénomènes et fléaux sociaux; veiller au respect des codes de conduite et aux principes des interventions à
caractère humanitaire; offrir des prestations directes aux usagers dans le cadre de ses activités d'assistance et de secours.
Mesdames, messieurs,
La situation actuelle de notre pays est la conséquence de la double crise institutionnelle et sécuritaire qu'elle a connue en 2012.
Elle a eu des conséquences socioéconomiques et humanitaires sans précèdent et occasionné environ 500.000 déplacés internes à travers le pays et 150.000 réfugiés dans les pays voisins comme le Niger, le Burkina Faso et la République Islamique de Mauritanie.
Présence des acteurs humanitaires au Mali :
De 2012 à nos jours, 130 organisations interviennent dans l'humanitaire au Mali en appui au Gouvernement, dont:
· 58 organisations internationales,
· 45 organisations Nationales,
· 10 organisations du système des Nations Unies,
· 7 organisations gouvernementales,
· 5 mouvements de la croix rouge et du croissant rouge,
· 5 fondations et autres partenaires
Elles interviennent dans toutes les régions et dans les domaines divers et variés, tels que: l'abri et les non alimentaires, la nutrition, la sécurité l'alimentaire, la santé,
l'éducation, de l'eau/hygiène et assainissement, la protection et la coordination.
Le suivi de la mise en œuvre des actions des différents secteurs se fait à travers les rencontres des Clusters sectoriels.
Les actions de tous les acteurs humanitaires sont coordonnées par le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) au Mali.
1. Quelques statistiques sur le mouvement des personnes:
En fin 2013, avec le retour à la normalisation constitutionnelle, la situation humanitaire se présentait comme suit: 168.000 réfugiés maliens dans les pays voisins du Mali (Burkina: 32.687, Mauritanie:
66.392, Niger: 48.928, Algérie: 1.500, Guinée: 24, Togo: 230) et 355.000
personnes déplacés à l'intérieur du pays (PDl).
Au mois de juillet 2016, la situation se présente comme suit:
· Réfugiés/rapatriés: Le nombre de rapatriés spontanés enregistrés au Mali est de 50.807 personnes. Ces rapatriés viennent de l'Algérie (6.607 personnes), du
Burkina Faso (17.360 personnes), de la Mauritanie (12.188 personnes), du Niger (14.649 personnes) et 3 personnes du Ghana (1) et de la Guinée(2).
· Personnes déplacées internes (PDl) : 52.163 personnes reparties entre 7.176 ménages sont toujours déplacés à l'intérieur du pays.
2. Quelques principales actions réalisées:
Le Ministère de la Solidarité et de l'Action Humanitaire, dans le cadre des interventions humanitaires a élaboré et mis en œuvre:
En janvier 2015, un document de politique Nationale d'Action Humanitaire (adoptée en conseil des ministres du 7 janvier 2015) et un plan d'Action pour la période 2016-2020 ;
En mai 2015, une stratégie Nationale de gestion des personnes déplacées internes et des rapatriées, précisant les orientations et les mesures à prendre pour faciliter le retour des personnes en situation de déplacement
En juillet 2015, quatre plans régionaux d'intervention d'urgence pou" Tombouctou, Gao, Kidal et Mopti, en partenariat avec les départements sectoriels et les partenaires;
La signature de deux protocoles avec l'OIM et le HCR, respectivement pour le suivi des mouvements des populations, et l'enregistrement des rapatriées, ce qui
permet chaque trimestre de faire une publication sur le mouvement des populations à l'intérieur et à l'extérieur du pays;
La signature des accords tripartites avec le Niger en mai 2014, le Burkina Faso, en janvier 2015, la Mauritanie; en juin 2016 en collaboration avec le HCR pour le rapatriement des réfugiés maliens.
Grace à toutes ces actions, de résultats forts appréciables ont été obtenus, contribuant à une amélioration significative des conditions d'existence des populations.
3. Quelques réalisations du MSAH
· La réalisation de forages équipés de pompes solaires avec châteaux d'eaudans les localités de Boni (Douentza), Tabourak (Ménaka), Takalot (Kidal) et la, réhabilitation et le surcreusement de 2 puits pastoraux dans la Commune de Hamzakouma (Gourma -Rharous) pour un montant de 127 millions FCFA ;
· La réhabilitation des Centres de Santé Communautaires de Boni et Hamzakouma pour un montant de 50 millions FCFA ;
· La construction d'une école de trois (3) classes à Tabourak et d'un Poste de santé avancé à Takalot pour un montant de 69 millions FCFA.
1. Actions d'urgence pour la pénurie d'eau dans les régions de
Tombouctou et Gao (juin 2015)
Avec le tarissement précoce des points d'eau dans plusieurs localités de la zone en 2015 et aussi l'assèchement de la mare de Gossi entrainant ainsi une pénurie d'eau et de pâturage qui affectait dangereusement les conditions de survie des populations. Une évaluation rapide de la situation sur le terrain par les services déconcentrés du MSAHRN et les humanitaires a permis de constater l'ampleur du phénomène.
Face à telle situation, le MSAHRN a décidé de mettre en œuvre un plan d'intervention en collaboration avec les services sectoriels et l'ensemble des partenaires humanitaires intervenant dans la zone.
Le projet d'urgence a permis de :
Assurer le transport de l'eau à travers les Camions Citernes à Gossi, Doro, lntillit,
Issinga, Dorey ; fournir 250 tonnes d'aliments bétail réparties comme suit: 150 tonnes pour Tombouctou et 100 tonnes pour Gao; mettre à disposition des régions de Gao, Mopti et Tombouctou, quarante (40) volontaires vétérinaires recrutés à travers un protocole entre le MSAHRN et le Centre National de promotion du Volontariat (CNPV). Ils ont réalisé des actions de prévention et de prise en charge sanitaire du cheptel et fourni des appuis conseils aux éleveurs.
Environ 7.656 ménages, soit 53.595 personnes ont bénéficié de ces actions dans les régions de Gao et Tombouctou.
2. L'acquisition, le transport, l'installation et l'entretien d'un groupe électrogène de 750 KWA à Kidal pour un montant de 177,544 millions FCFA ;
3. L'acquisition et l'installation de kits solaires à Kidal pour 39 millions FCFA ;
4. La fourniture de kits de première urgence, l'amélioration des conditions de retour et de réinstallation des populations réfugiées et déplacées pour un montant de 787,739 millions FCFA en 2015 dont:
. L'acquisition, le transport et la fourniture d'aliment bétails au compte du département pour 335,739 millions FCFA en 2015 dans les régions de Mopti (Douentza), Tombouctou et Gao. Les zones de distribution ont été identifiées avec les services de production animale;
. La mise à disposition de 40 jeunes volontaires spécialistes d'élevage à travers une convention de partenariat avec le CNPV pour 50 millions FCFA.
. La fourniture de tentes pour 101 millions FCFA dans toutes les régions du Mali (crise humanitaire et gestion des catastrophes) ;
. La fourniture de couvertures et de matelas pour 159 millions FCFA dans toutes les régions du Mali (crise humanitaire et gestion des catastrophes) ;
. La fourniture de moustiquaires imprégnées pour 142 millions FCFA dans toutes les régions du Mali (crise humanitaire et gestion des catastrophes) ;
5. Les réalisations en cours pour lesquelles les marchés sont attribués à hauteur de 248,880 millions FCFA dont :
. La réalisation de forages équipés dans le village d'Amanidernene (Commune de Soboundou), les localités de Tidjalène (Cercle de Rharous), d'Adjachou (Cercle de
Tombouctou) et Tabankorte (Région de Gao) pour un montant de 166,380 millions FCFA;
. La réhabilitation d'un puit dans le village d'Amanidernene pour 22,420 millions FCFA ;
. La construction d'un barrage de retenue d'eau à Tassik (Commune urbaine de Kidal) pour 60,080 millions FCFA.
6. La mise en place des lignes de crédits pour le financement des AGR pour 164 millions FCFA dont 1 19 millions FCFA au bénéfice des populations des trois régions du Nord et Douentza et 45 millions FCFA pour celles de Ségou;
7. Le ravitaillement des populations en céréales et denrées alimentaires pour 1,170 milliards FCFA dans toutes les régions du Mali;
8. L'Achats en 2015 de :
. Aliment bétail (650 tonnes) pour 219 000 000 FCFA ;
. Achat de kits d'urgence (3 500 unités de couverture, 1 400 unités de matelas «une place», 32 unités de tente grand format 16 places, 20 000 unités de moustiquaires
imprégnées de deux places) pour 401 000 000 F CFA.
9. Dans le cadre de la mise en œuvre des accords tripartites entre le Gouvernement
du Mali, le HCR et les Gouvernements du Niger et du Burkina Faso, visant à définir le cadre légal du rapatriement volontaire des réfugiés maliens vivant au Burkina Faso et au Niger et de leur réintégration au Mali, 10920 réfugiés maliens ont bénéficié de 35 000 FCFA comme frais de transport (8 328 pour le Niger et 2 592 pour le Burkina Faso) soit un montant total de 382,2 millions de FCFA ; 10. La création de 28 points d'enregistrement des rapatriés, en collaboration avec le HCR, afin d'améliorer et maintenir la qualité de l'enregistrement et du profilage des réfugiés maliens qui reviennent spontanément des pays d'accueils du Niger, du Burkina Faso, de la Mauritanie et de l'Algérie vers leurs zones de retour au nord du Mali, à Gao, Tombouctou, Kidal et dans certains cercles des régions de Mopti et Ségou.
Ce programme a coûté 71 206 830 FCFA en 20 15et 79 487 500 FCFA en 2016 (au 30 juin).
Il s'agit de :
- Région de Kidal : Kidal centre, Anefif, Aguel Hoc et Tessalit,
- Région de Gao :Intilit, Djebock, Labezanga, Anderanboukane, Menaka,
Bourem, Gossi et Gao centre,
- Région de Tombouctou: Léré, Soumpi, Diré, Goundam, Tombouctou centre 0 l, Essakane, Tombouctou centre 02, Bambara Maoudé et Rharous,
- Région de Mopti: Boni, Tenenkou, Youwarou, Gathi-Loumo (Tenenkou),
>- Région de Ségou: Nampala et Niono,
11. Appui aux réfugiés maliens du Burkina-Faso en 2016 : La distribution en produits alimentaires a été effectuée à Djibo (Camp de réfugié de Mentao) et à Dori, dans le cadre de l'Assistance humanitaire. Le Gouvernement de la République du Mali à travers le Ministère de la Solidarité, de l'Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord a distribué, en 2016, aux réfugiés maliens vivant au Burkina-Faso, 375 tonnes de riz et 17 tonnes de sucre pour la prise en charge alimentaire sur une durée de trois (03) mois, soit 286 millions de FCFA.
12. L'appui à ceux du Niger (2016) s'élève à 245 millions de FCFA. Il porte sur 324 tonnes de Riz, 124 tonnes de Sucre et 13 fardeaux de Thé.
Le Ministère de la Solidarité, de l'Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord a signé le 2 octobre 2015 avec le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA), un Protocole d'Accord avec pour objet la mise à disposition de 1.500 tonnes de céréales par an, pour une durée de trois ans, destinées à répondre aux besoins humanitaires et sociaux.
13. Dans le cadre de l'accueil et de l'Accompagnement des maliens refoulés, le département a enregistré et accompagné le retour d'environ6.051 personnes dans les différentes localités du pays.
Situation des Expulsés de 2013 à 2016
Année 2013
Pays de provenance Nombre

Lybie
Total
Année 2014

274
274

Pays de provenance
1
Nombre
République Centre Africaine
2216
Cameroun
1 239
Total
3 455
Année 2015

Pays de provenance
Nombre
,
Guinée Equatoriale
344

Espagne
34

Tunisie
67

Gabon
291

Guinée Conakry
26

Nigéria
194

Lybie
170

Total
1126

Année 2016 (à la date du 12 août 2016)

'

Pays de provenance
Nombre

•• ~""!." •• ~~ ~~ ,- ~ • • "

1
Mauritanie
17

Sénégal
200

Arabie Saoudite
86

Lybie
489

Algérie
406

Total
1196

Les Appuis ont consisté à l'accueil, à la prise en charge psychosociale, à l'hébergement et à la nourriture pendant le transit et la prise en charge du transport pour les
destinations de retour.
De 2013 au 12 août 2016 nous avons assisté 6 051 migrants expulsés.
QUELQUES INVESTISSEMENTS
(INFRASTRUCTURES ET EQUIPEMENTS) DE l'AGENDE DE DEVELOPPEMENT DU
NORD DU MALI en 2014-2015 ET 2016
Au titre des années 2014, 2015 et 2016, l'Agence de Développement du Nord du Mali a réalisé des infrastructures et équipements ci-après:
Année 2014 : l'agence a réalisé les travaux de : construction de deux murs de clôture, deux (2) achèvements d'infrastructures et une fourniture d'équipement dans les régions du Nord pour un montant total de 45 764033 F CFA;
Année 2015 : l'agence a réalisé les travaux de réhabilitation de deux (2) équipements
marchands, d'un périmètre maraîcher et deux (2) fournitures d'équipement dans les régions du Nord pour un montant total de 85 332 342 F CFA;
Année 2016 : l'agence envisage de réaliser et d'équiper deux (2) forages dont un à Echéri dans la commune d'Ouinerden de la Région de Tombouctou et un autre à Agdilinta dans la commune d'Anchawadji de la Région de Gao.

· Liste des investissements de l’ADNM de 2014
N° Désignation
1. Construction de deux (2) latrines et de deux (2) murs de clôture des caisses d'épargne et de crédit de Bambara-Maoudé et de Léré dans la région de Tombouctou.
2. Achèvement de la construction d'un bureau de la caisse d'épargne et de crédit à Forgho dans la région de Gao.
3. Achèvement de deux (2) puits villageois à Gargouna et Koïssa
dans la région de Gao.
Fourniture et pose de menuiseries métalliques vitrées et de carreaux des bâtiments des Sous-directions de Tombouctou et
4. Gao dans les régions de Tombouctou et Gao.
Total : 45 764 033

Montant

18 546 060

9 972 877

7 790 000

9455 096

Liste des investissements de l’ADNM de 2015

N° Désignation
1. Fourniture et équipement du Pied à terre de Tombouctou dans la région de Tombouctou.
2. Réhabilitation de périmètres irrigués à Tobon dans le cercle d'Ansongo dans la Région de Gao (lot n° 3).
3. Réhabilitation d'un équipement marchand à Gorom-Gorm et Tacharane dans la région de Tombouctou (lot n° 4).
4. Réhabilitation d'un équipement marchand à Diré dans la région de Tombouctou (lot n° 2).
5. Livraison d'un ordinateur portable TOSHIBA Satellite L70-C-1 13.

Montant
23 835 000

20072 744

19825 888

19997460

1 601 250

Total : 85 332 342

4. De la coordination:
Le Ministère de la Solidarité et de l'Action Humanitaire assure la coordination à travers des rencontres périodiques sur le plan technique et sur le plan politique avec les différents acteurs. Il s’agit de :
Les réunions des Clusters Sectoriel (Groupe de travail Technique),
Réunions de commission de réhabilitation des zones post-conflit,
Le cadre d'échanges techniques pour la programmation des actions.
Des missions de suivi ont été organisées dans toutes régions.
5. Les difficultés:
La dégradation des conditions sécuritaires par endroit qui entrave les interventions humanitaires, la faible mobilisation des ressources pour la prise en compte des préoccupations des populations, l'absence des autorités et des services techniques dans certaines localités des régions du Nord, l'insuffisance de la coordination des interventions humanitaires sur le terrain.
6. Des perspectives:
Avec la signature des accords tripartites avec les pays d'Asile de nos compatriotes, notre ambition est de faire rentrer tous les maliens qui ont été contraint à l'exil dans leurs localités respectives. Mais cela passe par des règles et procédures sur lesquelles nous allons travailler avec les différents partenaires.
Les actions porteront essentiellement sur:
L'aménagement et la réhabilitation des zones de retour des réfugiés, pour favoriser l'accès aux Services sociaux de base,
L'organisation de missions conjointes d'information et de sensibilisation des réfugiés sur la situation du pays,
La mise en œuvre des conventions et accords signés avec les partenaires humanitaires, dans le cadre du retour des réfugiés et des déplacés dans des conditions dignes,
La poursuite de l'Assistance aux victimes des inondations et autres catastrophes,
La poursuite de l'assistance alimentaire et non alimentaires aux personnes cibles
(les réfugiés, les rapatriés, et les personnes vulnérables),
En collaboration avec l'Organisation Internationale pour les Migrations nous allons très prochainement mettre en œuvre un programme de réintégration des migrants expulsés à travers la création d'un centre d'accueil, le profilage des migrants, le financement de projet collectif, la sensibilisation dans les zones de départ, l'étude de marché sur les zones de retour. Le renforcement du système de coordination des actions humanitaires pour
améliorer l'impact et assurer la synergie des interventions.
7. Conclusion:
Pour terminer, je voudrais adresser mes remerciements:
. A tous les départements sectoriels pour leur implication dans la mise en œuvre des actions humanitaires;
. A tous les acteurs humanitaires pour leur accompagnement au plan technique et financier;
. A toutes les personnes de bonne volonté qui d'une façon ou d'une autre ont contribué à l'atténuation de l'impact de la crise humanitaire sur les populations maliennes;
. A tous les acteurs de la société civile malienne.
Je salue la presse et tous les communicateurs pour l'accompagnement dans l'information et la sensibilisions des populations.
Et enfin, je m'incline devant la mémoire de ceux qui ont perdu la vie au cours des évènements et ou dans l'exercice de leur mission suite à la crise du Nord du Mali.

Je vous remercie pour votre aimable écoute.

aBamako