COP22 de Marrakech : Le Mali prépare sa participation

78

L’atelier de restitution de la 21ème Conférence des parties à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), s’est tenu mardi dernier à l’hôtel Salam. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Keïta Aïda M’Bo. L’ordre du jour portait sur la restitution de la COP 21, la préparation de la participation du Mali à la 22ème Conférence des parties (COP22) de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui aura lieu à Marrakech (Maroc), la présentation du projet de feuille de route de Marrakech, la planification et la répartition des tâches.
L’atelier a enregistré trois communications à travers une projection diapositive. La première a été présentée par la société civile représentée par l’ONG Malifolkcenter. Elle expose les attentes de la société civile, les forces et faiblesses de la COP21, les points de vigilance, les leçons apprises, les recommandations et conclusions et les perspectives pour la COP22.
Quant à la deuxième communication, faite par le secteur privé représenté par le GIE Katènè Kadji, elle porte sur les participations du secteur privé aux différentes COP qui ne sont pas bien remarquées.
Une feuille de route de la participation du Mali à la COP22 de Marrakech a été présentée au cours de l’atelier. Elle détaille les activités et tâches, les responsabilités, les périodes et les résultats à atteindre. Cette communication a été suivie de débats. Les participants ont fait des observations et des recommandations en vue d’améliorer le document.
Ils recommandent de redynamiser la commission mise en place à cet effet et de mettre l’accent sur le genre et le changement climatique. Il a été convenu d’amener des projets porteurs à Marrakech, de solliciter l’appui de la Cellule de planification et de travailler sur la mobilisation des fonds. Il est préconisé de faire appel à la diaspora intellectuelle malienne pour renforcer la commission. Les acteurs sont invités à présenter des initiatives en matière d’énergies renouvelables. Un plan d’action sera élaboré à cet effet.
Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a fait quelques remarques sur les deux communications et noté certaines insuffisances constatées lors la COP 21. Il s’agit notamment de l’absence de la Commission environnement et développement de l’Assemblée nationale à la COP 21, de l’absence de projets durant la COP 21 et du problème de communication et de coordination.
C.A.DIA

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here