Accident sur le pont de l’Amitié sino-malien : Un instant de somnolence fatal

157

Un accident mortel s’est produit hier tôt le matin sur le pont de l’Amitié sino-malienne, communément appelé, le 3è pont de Bamako. Un camion Benne a plongé dans le fleuve Niger. Le bilan est de deux morts parmi les trois occupants de la cabine du véhicule qui a arraché le garde-fous du pont sur environ une cinquantaine de mètres, avant de chuter dans le fleuve.

Le directeur régional de la Protection civile, le commandant Bakary Dao, explique avoir reçu la triste nouvelle à 4 heures 45 du lundi matin. Il a aussitôt dépêché des équipes de secouristes sur place.
A leur arrivée, les sapeurs pompiers ont transportés les corps des deux occupants du véhicule qui sont morts sur le coup. Quant au troisième occupant, il a utilisé ses dernières forces sortir de l’eau. Il s’en est finalement sorti avec seulement quelques blessures légères et a reçu des soins d’urgences. Il sera identifié plus tard comme Arouna Diarisso, âgé d’une vingtaine d’années.

Le directeur régional de la Protection civile a pointé du doigt la fatigue du chauffeur comme étant la cause de ce drame. En effet, le conducteur a dormi pendant qu’il conduisait à vive allure. Le véhicule a quitté la voie avant d’aller violemment percuter le garde-fou qui n’a pas pu résister face à la violence du choc. L’engin est tombé dans une partie peu profonde du fleuve. Arouna Diarisso, le miraculé a confirmé les explications du directeur régional de la Protection civile.

Il impute la cause de l’accident à l’état de somnolence dans lequel le chauffeur s’est retrouvé. Selon lui, le camion Benne se rendait à Koulikoro pour effectuer un deuxième chargement de sable. L’on était aux environs de 4 heures du matin. Arouna Diarisso soutient avoir tenté de dissuadere le chauffeur d’effectuer le voyage. Mais celui-ci aurait insisté et parvint à convaincre ses deux compagnons de monter à bord du camion. Les trois compagnons quittèrent dons Yirimadio où ils venaient de décharger premier chargement de sable en direction de Koulikoro.

Le directeur général de l’ANSER (l’Agence nationale de la sécurité routière) le chef d’escadron Mamadou Sidiki Konaté met en cause par ailleurs la mauvaise qualité des garde-fous du pont qui ne seraient pas assez solides pour résister à un choc violent. Il préconise des barrières de protection plus solides sur tous les ponts de la capitale.
Mh. TRAORE


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here