Mali : Tombouctou pardonnera-t-elle à Ahmad al-Mahdi pour la destruction de ses mausolées ?

178

À l’ouverture de son procès devant la CPI, le 22 août dernier, l’ex-jihadiste malien Ahmad al-Mahdi a demandé pardon pour la destruction des mausolées de Tombouctou. Un repentir auquel les responsables des tombeaux sacrés de la Ville au 333 Saints sont sensibles… sans plus. Reportage. « Ahmad al-Faki al-Mahdi est en train de détruire le mausolée de Sidi Mahmoud, lorsque le téléphone de mon père sonne. Au bout du fil, un informateur lui annonce la terrible nouvelle. Le choc était tel que sa tension est montée subitement, et le verre de thé qu’il avait dans sa main est tombé par terre. La moitié de son corps est resté paralysé », témoigne Mohamed El moctar Cisse, le responsable du mausolée de Sidi Mahmoud, mais aussi le fils de Alhakoum Cisse, l’imam principal de la célèbre mosquée Sankore.

Mohamed El Moctar Cisse aurait dû être à la CPI pour témoigner contre Ahmad al-Mahdi, mais les conditions pour garantir son anonymat n’étant pas réuni, il a préféré rester à Tombouctou et suivre le procès à la télévision, comme la plupart des habitants de la ville. À Tombouctou, l’onde de choc provoqué par la destruction des mausolées a touché beaucoup de gens, pas seulement dans leur identité et leur culture mais jusque dans leurs chair.

« Lorsque j’ai appris la destruction des mausolées, c’était une grande surprise, mais on s’en est remis à Dieu. Les actes qu’ils ont commis, ils les ont commis contre Dieu parce qu’ils se sont attaqué aux cimetières des amis de Dieu », explique Sane Shirfi Alpha, responsable du mausolée Alpha Moya. « Ce qui m’a fait encore plus mal, c’est qu’on nous a fait un mauvais procès en nous accusant d’idolâtrie, en disant que nous adorions les mausolées ».


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here