Réfugiés et déplacés internes : Le processus du retour en cours

74

L’éclatement de la crise en 2012 dans notre pays a entraîné le déplacement d’un grand nombre de nos compatriotes. Certains ont trouvé refuge dans les pays voisins. D’autres ont migré vers le sud du pays

Même si la situation demeure volatile, depuis 2013, un certain nombre de réfugiés sont rentrés de leurs pays d’accueil. A l’heure actuelle, le gouvernement estime que près de 50.807 Maliens anciennement réfugiés sont rentrés au bercail. Les HCR a pu vérifier l’arrivée d’environ 22.982 personnes. Le processus du retour des réfugiés est en cours.

En coopération avec ses partenaires, le HCR met en œuvre des projets communautaires de réintégration dans une sélection de communes dans les zones de retour (appui aux infrastructures communautaires, écoles, points d’eau, centres de santé, abris). En complément, le HCR apporte un appui individuel en espèces aux rapatriés nouvellement arrivés afin de leur permettre de faire face aux besoins immédiats à leur retour.

Plus de 6.000 réfugiés rapatriés dans les régions de Gao (2.939), Mopti (802) et Tombouctou (2.255) ont bénéficié de cette assistance monétaire. Ce taux de réalisation a déjà dépassé la prévision qui avait été faite de 6.000 bénéficiaires pour 2016. Le HCR contribue également à la recherche de solutions durables pour les rapatriés à Gao, dans les domaines des activités génératrices de revenus et l’appui à la résilience (voir L’Essor du 18 août 2016).

Ils sont environ 134.000 réfugiés maliens, toujours en exil dans les pays limitrophes : Burkina Faso (32.059), Mauritanie (41.255) et Niger (60.574). Ces compatriotes bénéficient des programmes de protection et d’assistance des bureaux du HCR dans ces pays. Même si les conditions ne sont pas encore réunies pour un rapatriement volontaire organisé de ces réfugiés dans des conditions acceptables de sécurité et de dignité, et assurant la pérennité de leur retour, ces réfugiés peuvent néanmoins décider de rentrer dans leur pays d’origine de leur propre chef. Un accord tripartite sur le rapatriement des réfugiés avait été signé en mai 2014 avec le Niger et en janvier 2015 avec le Burkina Faso. Et le dernier accord en date vient d’être signé avec la Mauritanie le 16 juin 2016.

En ce qui concerne les personnes déplacées à l’intérieur du pays, le HCR, en tant que chef de file des groupes sectoriels protection et abris/articles non alimentaires, dirige la coordination de la réponse aux besoins de ces personnes dans ces deux secteurs. A l’heure actuelle, quelque 37.801 personnes sont encore déplacées internes. Plus de 468.000 personnes déplacées ont déjà regagné leurs régions d’origine, selon le HCR.

Dans le cadre de mission d’aide aux personnes affectées par la crise et qui ont dû quitter leurs domiciles, le HCR s’occupe aussi de la lutte contre l’apatridie. C’est ainsi que l’organisme onusien a lancé en novembre 2014 une campagne d’éradication de l’apatridie à travers le monde dans les dix prochaines années. Cette campagne est fondée sur une feuille de route en 10 actions qui doivent être mises en œuvre pour résoudre les situations d’apatridie existantes et prévenir la naissance de nouveaux cas. Dans ce cadre, les Etats membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dont le Mali fait partie, ont adopté le 25 février 2015 une déclaration sur la prévention, la réduction et l’élimination de l’apatridie en Afrique de l’Ouest lors d’une conférence ministérielle HCR/CEDEAO, tenue en Côte d’Ivoire.

Suite au plaidoyer mené par le HCR dans le cadre de sa coopération avec le gouvernement, le Mali a accédé en décembre 2015 et a ratifié en mai 2016 la convention relative au statut des apatrides de 1954 et la convention sur la réduction des cas d’apatridie de 1961, faisant de notre pays le dixième de la CEDEAO à accéder à la convention de 1954 et le neuvième à adhérer à la convention de 1961. Le HCR continue à coopérer avec le gouvernement dans le cadre de la mise en conformité de la législation nationale avec ces instruments.

En outre, jusqu’en 2015, les réfugiés mauritaniens nés sur le sol malien ne possédaient pas d’actes de naissance, faisant peser sur eux un risque d’apatridie. En coopération avec le HCR, les autorités ont octroyé depuis novembre 2015 plus de 7.800 actes de naissance à ces populations, réduisant ce risque.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here