Maintien de la paix: l’Onu salue la nouvelle contribution du Canada

49

L'Onu a salué vendredi la décision canadienne de contribuer davantage au maintien de la paix, estimant qu'elle "aura un grand impact".

Le Canada a annoncé vendredi la mise à disposition de 600 militaires pour les opérations de maintien de la paix des Nations unies, ainsi que 450 millions de dollars canadiens (310 millions d'euros) sur trois ans pour financer la prévention et la résolution des conflits.

L'Onu va entamer rapidement des discussions avec Ottawa pour définir comment seront utilisés ces nouveaux moyens, à indiqué le porte-parole de l'Onu Stéphane Dujarric.
Il a suggéré que le Canada pourrait fournir des hélicoptères, dont a notamment besoin la mission de l'Onu au Mali. La contribution canadienne "aura un grand impact", a affirmé M. Dujarric. "Il n'y a aucun doute que les forces armées canadiennes peuvent nous aider à renforcer nos capacités partout dans le monde".

Le porte-parole a tenu à souligner que les 16 missions de maintien de la paix de l'Onu manquaient de moyens de transport aérien, en particulier des hélicoptères. D'autant que les Pays-Bas ont annoncé leur intention de retirer sept hélicoptères néerlandais déployés au Mali. "Nous allons nous tourner vers les pays qui ont la capacité de remplacer ces hélicoptères", a-t-il souligné. "Nous allons voir avec les Canadiens où et comment leur contribution peut être utilisée au mieux".

L'Onu a un besoin chronique d'avions et hélicoptères militaires pour opérer dans des pays où les distances sont énormes et les infrastructures défaillantes comme au Mali ou au Soudan du Sud.
"Les forces armées canadiennes ont une longue et glorieuse tradition de maintien de la paix", a encore souligné M. Dujarric en se félicitant de voir les Canadiens "revenir" sur ce terrain.

Le Canada ne déploie actuellement qu'une trentaine de Casques bleus, contre près de 3.000 au plus fort de son engagement onusien dans les années 1990. Le Canada est candidat à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2021-2022.
"Il est temps de sortir de notre isolement pour faire face aux pires défis du monde depuis longtemps", a déclaré vendredi son ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

En septembre 2015, lors d'un sommet organisé par les Etats-Unis en marge de l'Assemblée générale de l'Onu, 46 pays avaient promis 40.000 Casques bleus et des équipements supplémentaires. Mais certains engagements n'ont pas été suivis d'effet. Une conférence prévue à Londres dans deux semaines doit faire le point sur les progrès et les lacunes.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here