La presse martyrisée par Ami Kane

125

Ce qui ne se dit pas assez dans l’opération de déguerpissements, c’est peut-être le martyre que souffre discrètement la presse écrite malienne, depuis que le phénomène des bulldozers en pleine capitale a atteint sa vitesse de croisière. Se procurer un journal sur les artères de la capitale pourrait bientôt devenir un parcours du combattant car les kiosques à journaux, qui jonchaient les carrefours et autres places publiques, n’ont guère été épargnés par les équipes du gouverneur. Ils ont été pour leur écrasante majorité copieusement réduits à néant même si la plupart des revendeurs ont eu le temps de les défaire avant le passage des démolisseurs. Le hic est que les effets ne sont pas ressentis par les seuls revendeurs de journaux et pourraient peser lourdement sur l’économie de la presse dans son ensemble. Or, il est en effet évident et de notoriété publique qu’une atteinte aux sources de revenus de la presse est une forme d’atteinte à sa liberté via son indépendance financière. La question a même été au centre d’une concertation récente entre les structures faitières de la presse et l’association des revendeurs, toutes vivement préoccupées par les effets de l’opération Ami Kane sur le secteur. En attendant, les rédactions pourraient ne pas finir d’évaluer leurs invendus.

Issa Togo attend de pied ferme

Après sa démission fracassante et un coup de massue porté au Groupe parlementaire Adema-Asma, le député Mody Fofana polarise toutes les attentions et s’attire toutes les curiosités. Tous les yeux sont désormais rivés sur le point de chute de l’unique député d’obédience Adema dans le cercle de Diéma où milite le célébrissime ancien ministre Marimantia Diarra. Annoncé au Rp puis à l’Udd par la suite, l’honorable Fofana demeure pour l’heure un parlementaire non-inscrit, quoiqu’il ait déjà formalisé son départ du Parti africain pour la solidarité et la justice. Quant au président du Groupe parlementaire Adema-Asma, il attend de pied ferme, mais aussi le poing ferme, le point de chute du démissionnaire pour la posture à adopter. Au fait, dans les rangs d’Issa Togo, c’est avec beaucoup de peine et de déception que les autres députés vont accueillir un débauchage de leur camarade par un parti de la majorité présidentielle. Autant dire que la question du député démissionnaire du Pasj risque d’accentuer davantage les clivages entre composantes d’une Cmp déjà à bout de souffle et compte depuis un certain temps ses feuilles mortes.

Parti, pas parti ?

La tragédie du député démissionnaire de l’Adema continue malgré la formalisation de son départ de la famille des Abeilles. Selon des sources dignes de foi, les tractations vont bon train en vue de le ramener à de meilleurs sentiments : retourner dans une ruche où, les députés ne désespèrent point de partager le même groupe parlementaire que leur collègue de Diéma. La tâche, de même source, ne paraît pas aisée, car les personnes mobilisées pour intercéder auprès de l’intéressé arrivent à peine à le joindre par ses lignes téléphoniques constamment fermées. Les démarcheurs affichent toutefois un courage à la mesure de l’enjeu. Quoiqu’il soit un singleton, la position de l’unique député Adema de Diéma est très déterminante dans le rapport des forces entre deux groupes parlementaire de la même majorité présidentielle qui se disputent la place de troisième force : l’Adema et l’Apm. Avec la perte des députés de l’Ado et le décès d’un autre élu de même obédience, le Groupe Apm a déjà perdu la position de deuxième force et risque la perte de la troisième position qui lui donnerait droit aux postes stratégiques dans le bureau parlementaire, dont le renouvellement est prévu en Octobre. Tout peut donc se jouer sur un seul député.

La copie rectifiée d’Ibk

Une sagesse malienne dit qu’on ne peut faire mieux que son père sauf à mettre soi-même au monde un enfant qui te dépasse. C’est dire toute la difficulté et la complexité de la chose. Mais, le fils aîné du président de la République fait parler de lui en des termes plus élogieux que le locataire de Koulouba. Président de la commission parlementaire en charge de la défense et de la sécurité, il fait figure de copie rectifiée d’Ibk auquel le monde entier reproche une mortelle inaccessibilité. En clair, à la différence du président de la République, son père, Karim KéÏta garde ses portes toutes ouvertes. Pour être à l’écoute de ses concitoyens, il a doté les députés de la Commune II d’un quartier général où, convergent massivement des visiteurs pour expliquer leurs problèmes et leur trouver des réponses. Tous ne ressortent pas forcément avec une fortune, mais tous peuvent quand même se réjouir du réconfort d’avoir été au moins écoutés. Ce n’est pas le cas à Koulouba. Qui plus est, le fils se distingue aussi par une plus grande sociabilité avec une fréquence aux baptêmes et décès chaque fois que cela est possible.

Une œuvre livresque de Konaré

Alpha Oumar Konaré encore lui ? Après une redoutable réapparition sur la scène publique nationale, l’ancien président de la République vient de confirmer son intention de revenir en mettant sur les rayons sa production livresque tant annoncée par le biais de sa famille. Il ne s’agit point de cette compilation de ses grands discours présentée naguère par sa famille. Le livre paru dans les librairies est un chef-d’œuvre d’histoire, qui n’est pas accessible au commun des mortels, au regard de son prix exorbitant au-dessus des 25 000 Fcfa. C’est pourquoi il ne circule pour l’instant qu’entre les mains de certains nantis parmi les hautes personnalités du pays ainsi que les plus proches d’Alpha ou des membres de sa famille qui le reçoivent en guise cadeau. Le chef d’œuvre selon ceux qui ont eu la chance de le parcourir est une merveille historique qui permet d’explorer l’histoire politique du Mali du multipartisme au parti unique. A vos lunettes, lecteurs !

Boubèye ou le symbole de la rupture Rpm-IBK

S’il est une mesure qui énerve dans certains milieux du parti majoritaire, c’est sans doute la décision d’Ibk de faire de Soumeylou Boubéye Maïga son plus proche collaborateur. Longtemps pressenti à la Primature, l’ancien ministre de la Défense a été finalement gratifié de la fonction non moins stratégique de secrétaire général de la Présidence, en remplacement de Mohamed Alhousseini Touré. La décision n’a visiblement pas été du goût de certains responsables de la famille politique présidentielle, qui voient d’un très mauvais œil que le président d’une autre formation de la même majorité soit gratifié d’une telle proximité avec la magistrature suprême. Pour eux, la nomination du président de l’Asma consacre, ni plus ni moins l’effectivité de la rupture entre Ibk et une famille politique dont il a commencé à se distancier depuis son accession au pouvoir. Il disait à qui veut l’entendre qu’il ne lui doit pas son élection. C’est sans doute pour calmer les ardeurs que la nomination de SDM est intervenue en même temps que la promotion du Rpmiste Boubacar Touré, jusque-là chargé de mission, aux fonctions chef de cabinet.

Démissionnaire ou demis ?

Qu’est-ce qui s’est réellement passé à Koulouba, pardon ! à Sébénikoro ? Bien malin qui pourra suffisamment édifier l’opinion sur les intrigues du palais présidentiel malien, quelle que soit l’appellation. En fait, la nomination de Soumeylou Boubéye Maïga comme secrétaire général de la Présidence est intervenue en même temps que circulaient de folles rumeurs sur la démission de son prédécesseur. Mohamed Alhousseini Touré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’aurait pas été remplacé mais il aurait plutôt choisi de rendre lui-même le tablier. Certes, il n’a pas été impossible d’en avoir le cœur net par une confirmation avec l’intéressé injoignable, mais certaines grandes oreilles de la capitale ont eu vent d’un malaise entre IBK et son ancien secrétaire général plusieurs semaines avant la survenue du changement. Les mêmes sources ajoutent que Mohamed Alhousseini Touré en avait ras-le-bol des difficultés qu’il éprouve pour accéder à un collaborateur qu’il était censé rencontrer constamment. Mais, la soustraction au devoir de proximité n’est-il pas un signal du retrait de la confiance présidentielle ? Quoi qu’il en soit, le mystère demeure.

Le Pasj fait cap sur Tominian

Revigoré par son triomphe sur l’Urd à Baraouéli, les Abeilles sont déterminés à remettre ça pour la circonscription de Tominian où, des législatives partielles sont annoncées pour combler la vacance de siège occasionnée par le décès d’un des deux députés de la localité. Sur la question, en tout cas, de houleux débats ont cours dans la ruche où, les tendances sont partagées entre adeptes de la convoitise du siège et ceux du renoncement. Les uns estiment que la reconquête permet de renforcer le parti et de redynamiser ses structures de base. Tandis que les autres soutiennent qu’une candidature à Tominian est une forme de déloyauté envers le parti membre de la majorité qui détenait le siège perdu par décès. En attendant de trancher la question, les potentiels candidats affûtent déjà leurs armes. Si candidature de l’Adema il y aura, le rôle de porte-étendard reviendra, à en croire nos sources, à l’ancien Nataniel Dembélé, tête de liste ayant mordu le carreau aux législatives de 2013.

La Rédaction

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here