Sommet du G20 – Hangzhou – Chine – Le communiqué final : Communiqué des chefs d’État et de gouvernement du G20

147

. Nous, chefs d’État et de Gouvernement du G20, nous sommes réunis à Hangzhou (Chine) les 4 et 5 septembre 2016.

2. Nous nous sommes réunis à un moment où la reprise économique mondiale s’intensifie, la résilience s’améliore dans certaines économies et de nouvelles sources de croissance voient le jour. Cependant, la croissance reste plus faible qu’il ne le faudrait. Des risques baissiers subsistent en raison de la volatilité potentielle sur les marchés financiers, des fluctuations des prix des matières premières, du ralentissement du commerce et de l’investissement, de la faiblesse de la productivité et de la morosité de la situation de l’emploi dans certains pays. De nouveaux défis, découlant des reconfigurations géopolitiques, de l’augmentation des flux de réfugiés, ainsi que du terrorisme et des conflits, compliquent les perspectives économiques mondiales.

3. Nous nous sommes aussi réunis dans un contexte marqué par de constants bouleversements et des transformations profondes dans la situation économique mondiale et les dynamiques de croissance. Ces transformations s’accompagnent de défis et d’incertitudes, mais elles ouvrent aussi de nouvelles possibilités. Les choix que nous ferons ensemble détermineront l’efficacité de notre réponse aux défis actuels et contribueront à façonner l’économie mondiale de demain.

4. Nous sommes convaincus qu’un partenariat plus étroit et une action conjointe des membres du G20 renforceront la confiance dans la croissance économique mondiale, stimuleront ses moteurs et intensifieront notre coopération, contribuant ainsi à une prospérité partagée et au bien-être du monde.

5. Nous sommes déterminés à promouvoir une économie mondiale innovante, revigorée, interconnectée et solidaire, pour inaugurer une nouvelle ère de croissance mondiale et de développement durable, en tenant compte du Programme de développement durable à l’horizon 2030, du Programme d’action d’Addis-Abeba et de l’Accord de Paris.

6. Dans ce contexte, nous, membres du G20, principal forum de coopération économique mondiale, élaborons un scénario global et intégré en faveur d’une croissance forte, durable, équilibrée et solidaire, et adoptons l’ensemble de mesures et d’actions figurant en Annexe, le Consensus de Hangzhou, sur la base de ce qui suit :

—- Vision. Nous renforcerons la stratégie de croissance du G20 de manière à stimuler les nouveaux moteurs de croissance, ouvrir de nouveaux horizons de croissance, amorcer une transformation plus durable et innovante de nos économies, et mieux refléter les intérêts communs des générations présentes et futures.

—- Intégration. Nous formulerons des politiques et des plans de croissance innovants, en créant une synergie entre les politiques budgétaires, monétaires et structurelles, en renforçant la cohérence entre les politiques économiques, sociales, du travail et de l’emploi, et en associant la gestion de la demande aux réformes de l’offre, les mesures de court terme aux politiques de moyen et long terme, et la croissance économique au développement social et à la protection de l’environnement.

  Ouverture. Nous poursuivrons nos efforts pour bâtir une économie mondiale ouverte, rejetterons le protectionnisme et promouvrons le commerce et l’investissement mondiaux, notamment en renforçant le système commercial multilatéral. Nous garantirons un soutien public de grande ampleur favorisant l’expansion de la croissance dans une économie mondialisée et de plus grandes opportunités dérivant de cette croissance.

—- Participation de tous. Nous nous efforcerons de garantir que notre croissance économique réponde aux besoins de tous et qu’elle soit bénéfique à tous les pays et à chacun, en particulier les femmes, les jeunes et les catégories défavorisées, en créant davantage d’emplois de qualité, en agissant sur les inégalités et en éradiquant la pauvreté pour que nul ne soit laissé pour compte.

 Une meilleure coordination de l’action publique

7. Notre croissance doit être consolidée par des politiques publiques bien conçues et coordonnées. Nous sommes déterminés à utiliser tous les outils disponibles, monétaires, budgétaires et structurels, individuellement et collectivement, pour parvenir à notre objectif d’une croissance solide, durable, équilibrée et inclusive. Notre politique monétaire continuera de soutenir l’activité économique et de garantir la stabilité des prix, conformément aux mandats des banques centrales. Cependant, la politique monétaire ne peut pas, à elle seule, conduire à une croissance équilibrée. Tout en insistant sur le rôle essentiel des réformes structurelles, nous soulignons le fait que nos stratégies budgétaires sont tout aussi importantes pour soutenir nos objectifs communs de croissance. Nous utilisons la politique budgétaire de manière flexible et nous rendons la politique fiscale et les dépenses publiques plus favorables à la croissance, notamment en accordant la priorité aux investissements de haute qualité, tout en renforçant la résilience et en nous assurant que la dette publique exprimée en part du PIB s’inscrit sur une trajectoire soutenable. En outre, nous continuerons d’examiner différentes mesures, adaptées au contexte de chacun, que les pays du G20 pourraient prendre pour soutenir la croissance et faire face aux risques potentiels, y compris la vulnérabilité des bilans des banques. Nous réaffirmons que la volatilité excessive et les fluctuations désordonnées des taux de change peuvent avoir des répercussions négatives sur la stabilité économique et financière. Nos autorités compétentes se concerteront étroitement concernant les marchés des changes. Nous réaffirmons nos précédents engagements en matière de taux de change, notamment celui de nous abstenir d’effectuer des dévaluations compétitives et de ne pas nous donner d’objectifs de change à des fins concurrentielles. Nous calibrerons soigneusement nos actions en matière macro-économique et structurelle et nous communiquerons clairement à leur sujet, de manière à atténuer l’incertitude quant aux mesures prises, à réduire au maximum les retombées négatives et à promouvoir la transparence.


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here