Adam Toumani Sissoko rend hommage à son père

50

Poua, tu portais si bien ce prénom. Rien ne pourra te remplacer. Tu as tant donné et tant appris à ta famille. Tu nous as transmis les vraies valeurs. Tu as fait fuir toutes nos peurs. Je verse des larmes en écrivant ces lignes, comme chaque demi-seconde, lorsque je pense à toi. C’est trop difficile sans toi. Tu étais mon meilleur ami, mon héros, ma force. Je me rappelle ces moments où tu me faisais rire (que tu sois en déplacement où à la maison). Partout où tu étais, j’y étais. Je me rappelle nos courses, nos beaux moments dans les restaurants, à la plage, nos voyages… Je me rappelle ces moments où tu m’amenais dans des soirées dansantes ;  ces moments où tu me déposais à l’école puis à l’Université, et même au boulot. Nos causeries sur viber, nos SMS tout au long de la journée me manquent maladroitement.

 Qu’est-ce qu’on n’a pas fait ensemble ?

Je suis perdue mon Poua d’amour. Je me souviens de tes 13 petits-enfants (Manch Allah) qui t’empêchaient de dormir, qui ne voulaient pas te remettre la télécommande, qui montaient sur tes épaules en disant : Papy le loup, Papy le loup, je vais te faire peur… Je retiens tellement de choses de toi. Tu étais excessivement bon, honnête, généreux, fort, gentil, disponible, drôle… Tu étais un grand homme Poua chéri. Chaque jour, tu t’es montré présent pour ta famille et pour tes proches. C’est vrai, tout le monde va mourir un jour, mais pour toi Poua, j’en deviens folle. J’ai de l’amour plein les yeux pour toi. Ton absence me plonge dans le silence. Tu vis dans mon cœur à tout moment. Tu es ma plus douce prière. Tu es mon plus grand repère. Tu es ma plus grande richesse. Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis, mon amour de Poua. Merci d’avoir été le père que tu as été. Repose en paix mon papounet. Je t’aime démesurément.

Adam Toumani SISSOKO/journaliste


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here