Limogeage du ministre Tieman Hubert Coulibaly : C’est de bonne guerre !

65

Le désormais ex-ministre de la Défense et des Anciens combattants Tiéman Hubert Coulibaly a-t-il payé le prix de la déroute du détachement de l’armée à Boni ?
Certainement non. Même si son limogeage intervient au lendemain des attaques de Boni et que l’on peut attribuer ce revers de l’armée à la hiérarchie militaire, force est de constater qu’avec le dernier changement intervenu au niveau de la Présidence de la République, des retouches immédiates étaient prévisibles au sein du gouvernement.
Il faut se rappeler que lors de la cérémonie marquant la passation de service avec son prédécesseur et sa prise de fonction le vendredi dernier à la Présidence, le nouveau patron du Secrétariat Général de la Présidence Soumeylou Boubèye Maïga (SBM) avait dit en quelques mots simples mais très lourds en significations que la présidence va être « le centre d’inspiration et d’impulsion de l’action gouvernementale ». Ce qui d’ailleurs devrait être toujours le cas dans la pratique semble désormais activé avec SBM.

En effet, cette affirmation du ministre secrétaire général de la Présidence lors de sa prise de service, a son pesant d’or. L’homme qui a la réputation d’être intelligent et tactique, les raisons qui lui ont d’ailleurs valu la nomination à cette haute fonction par le président IBK, sera donc au cœur de l’inspiration et de l’impulsion de toute l’action gouvernementale.
Et sa vision sera la mieux comptée. Il va de soi que le département de la Défense qui est surtout son domaine de cheminement et qui connait des sales temps avec la récurrence des attaques terroristes contre l’armée et leurs corollaires de morts, soit le premier à connaitre des retouches.
De bonne guerre ! On pourrait même dire que le limogeage de Tieman Hubert Coulibaly a une logique objective quand on sait que, depuis quelques temps, il y avait une divergence de vision sur les questions de la Défense et la Sécurité Nationale entre lui et le nouveau maitre du « centre d’impulsion de l’action gouvernementale ».
Devenu le plus proche du président de la République, SBM va inévitablement faire asseoir sa vision des choses dans ce domaine qu’il maitrise bien. Voilà, 24 heures seulement ont suffi après sa prise de fonction pour que le ministre de la Défense soit limogé et remplacé par le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga jugé comme étant un homme sérieux et rigoureux dans le travail et dont les rapports avec le président de la République sont les plus solides.

Il est à souligner que dès le départ, la nomination de Tièman Hubert Coulibaly à la tête de ce département avait suscité des interrogations chez certains observateurs sur ses capacités de pouvoir diriger ce grand département qui fait face aux défis les plus remarquables de son histoire.
Rappelons qu’en début du mois d’août, Soumeylou Boubeye Maiga, le stratège de tous les temps, quant à lui avait fait une spectaculaire sortie médiatique pour critiquer la stratégie du ministre de la Défense en proposant une attitude Offensive et non defensive de l’armée face à la situation actuelle.

Lors de cette sortie médiatique qui a surpris plus d’un, SBM est sorti de son silence et s’est prononcé en véritable expert de la Défense sur les questions de la Défense en proposant une réactivation des Forces Armées Maliennes pour qu’elles soient une force d’anticipation et de mobilité. Des efforts, selon lui, devraient se reposer sur trois axes prioritaires : à savoir la gouvernance nationale, les réponses régionales et la coopération internationale.
Les faits sont têtus comme aime-t-on dire. Ces observations de SBM sur la défense étant devenues des jets de pierre dans le jardin de Tièman Hubert Coulibaly, alors ministre de la Défense, celui-ci en son temps avait profité de l’émission télévisée “action gouvernementale”, pour en découdre avec SBM en ces termes : « Beaucoup aujourd’hui veulent jeter l’anathème sur cette armée alors même qu’au moment où ils avaient l’occasion de faire le travail qu’il fallait pour aider cette armée à prendre en charge sa mission, ils ne l’ont pas fait. Et aujourd’hui ayant manqué à tous leurs devoirs y compris citoyen, ils veulent salir l’armée.
Je dis non, ce que nous faisons aujourd’hui pour l’armée est inédit dans notre pays. Je mets quiconque au défi de prouver le contraire, de me démentir y compris en matière d’investissement pour la reconstruction de l’armée de l’air, y compris en matière d’accroissement en puissance de feu, y compris en matière de programme d’infrastructures, mais évidemment la LOPM (Loi d’orientation et de programmation militaire) qui est notre principal outil.
Ceux qui, pendant 20 ans n’ont rien fait, devraient se taire et nous laisser travailler pour notre armée, nous laisser travailler pour le futur Mali, pas le Mali d’aujourd’hui, nous travaillons pour demain, c’est à cette tâche que nous sommes invités et c’est pour ça que les travaux de ce conseil sont extrêmement importants ».
Daniel KOURIBA
Source: Tjikan

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here