Alimentation en eau potable : la banque mondiale met 25 milliards de fcfa dans la cagnotte

44

La revue de la performance des projets et programmes financés par la Banque mondiale se tient depuis hier à l’hôtel Azalaï Salam. En marge des travaux de la rencontre, s’est déroulée la cérémonie de signature d’un accord de financement additionnel pour l’alimentation en eau potable. La cérémonie était présidée par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick Alhousséïni en présence d’autres membres du gouvernement et de nombreuses autres personnalités.

La première séquence de la signature a concerné le ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé et le directeur des opérations de la Banque mondiale, Paul Noumba Um. Juste après, le directeur général de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP-SA), Adama Tiémoko Diarra et le directeur des opérations de l’institution de Bretton Woods, ont apposé leurs signatures au bas du document. Avant que ce dernier ne l’échange avec le ministre de l’Économie et des Finances.

Pour rappel, la Banque mondiale contribue au financement du projet d’eau potable de Kabala à hauteur de près de 40 milliards de Fcfa. Le même partenaire octroie au Mali le montant de 50 millions de dollars soit près de 25 milliards de Fcfa pour assurer l’approvisionnement en eau potable des localités de Nioro, Kita, Sélingué, Bougouni, Markala et Gao. Ce projet permettra à 300.000 personnes des villes concernées d’accéder à l’eau potable.

Le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Mali a indiqué qu’il va falloir pérenniser les reformes mises en œuvre dans le secteur de l’eau pour qu’il puisse continuer à bénéficier de l’attention des bailleurs de fonds. « Ce projet est important pour nous. Ce que je dis à l’équipe de la SOMAPEP et du ministère en charge de l’Eau, c’est une accélération de la mise en œuvre de ce programme », a exhorté Paul Noumba Um.

À l’issue de la cérémonie de signature, le directeur de la SOMAPEP a assuré que les travaux de ce projet d’une importance capitale ne connaitront pas de retard afin que les populations puissent disposer de l’eau potable pour leur bien-être. Adama Tiémoko Diarra a ensuite félicité et remercié le partenaire pour l’appui constant qu’il ne cesse d’apporter au Mali, particulièrement dans le secteur de l’eau.

Pour sa part, le ministre de l’Énergie et de l’Eau est revenu sur l’importance du projet d’alimentation de Bamako en eau potable à partir de Kabala. « Le projet de Kabala a commencé en 2013 et prendra fin en 2018 avec de nombreuses et importantes retombées. A cette date nous pensons que le stress hydrique au niveau de la ville de Bamako sera résolu », a ajouté Malick Alhousséïni qui se réjouira du fait que le Mali bénéficie de la compréhension des partenaires techniques et financiers. C’est pourquoi, dira-t-il, le pays est en train d’obtenir des financements additionnels pour résorber le retard des investissements.

M. SIDIBÉ


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here