Terrorisme au centre du pays Ali Nouhoun Diallo sur une mauvaise pente !

123

Le 10 septembre dernier, à la faveur de la mise en place de la coordination de toutes les associations peules, dont la présidence fut confiée à l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Ali Nouhoun Diallo, l’intéressé aurait tenu des propos, jugés de mauvais alois sur les réseaux sociaux. Il a, notamment, déclaré : « Certains éléments de nos forces armées et de sécurité – qui n’ont pas été suffisamment bien éduqués militairement, politiquement – pour un oui, pour un non tombent sur les Peuls, les ramassent ! Ils sont enfermés ! Spoliés de leurs biens ! Il faut reconstruire la colonne vertébrale de tout Etat : les forces armées et de sécurité ». Les participants aux forums sur le net ont, pour la plupart, décrié cette prise de position de l’ancien chef du Parlement du régime ADEMA. Selon eux, le Pr Diallo est mal placé pour défendre une quelconque communauté ethnique contre l’Etat du Mali.

En effet, cette coordination de toutes les associations des Peulhs, après avoir élu Ali Nouhoun Diallo comme président, a rendu public un mémorandum pour dénoncer « les exactions commises contre des civils peuls dans le centre du Mali ». Et le nouveau président, une fois installé n’a pas manqué d’indiquer aux journalistes que si l’Etat ne fait rien, « des groupes armés peuls peuvent très rapidement développer des thèses indépendantistes dans le centre du Mali ». Une déclaration qui risque de ternir davantage l’image d’un homme suffisamment avancé en âge mais toujours actif pour défendre l’indéfendable.

Le ministre Sada n’est plus !

La nouvelle en a surpris plus d’un, le samedi 17 septembre, tôt dans la matinée, quand, sur les réseaux sociaux la nouvelle du décès de l’ex ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, le Général Sada Samaké, 63 ans, a été annoncée. Les causes du décès ne seront connues qu’ultérieurement. On évoque une crise cardiaque.

L’homme a été ministre de l’Administration territoriale (sous AOK) et de la Sécurité intérieure (sous IBK). Depuis son éviction du gouvernement à la faveur du remaniement ministériel du 24 septembre 2015, il n’avait pas fait d’apparition publique. Sorti du gouvernement à la suite pour n’avoir pas pu gérer la pénurie de passeports ni éradique la situation d’insécurité généralisée, le général Sada Samaké a été plusieurs fois interpellé à l’Assemblée Nationale, notamment par le député de Kolondiéba, l’Honorable Oumar Mariko. Lors de ces sorties, il est revenu sur sa carrière dans l’armée nationale (40 ans de loyaux services, selon lui-même). Mais les uns et les autres ont retenu de lui sa fameuse déclaration : « Tant que je resterai ministre de la Sécurité, il n’ y’ aura jamais de coup d’Etat au Mali ».Dors en paix monsieur le ministre.

Cinquième législature, le sixième député tire sa révérence !

Hamadoun dit Dioro Yaranangore, député élu sur la liste de l’ADEMA dans la circonscription de Mopti s’est éteint le lundi 12 septembre 2016 à Paris, âgé de 57 ans, à la suite d’une longue maladie. C’est le vendredi 16 septembre dans la soirée, que les autorités de la 5ème région, accompagnées des parents, amis et collègues du disparu ont accueilli son corps à l’aéroport Hambodédio de Sevaré . Ses obsèques ont eu lieu, le lendemain, dans sa famille au quartier Sokoura, en présence des hautes autorités et des responsables administratifs et politiques de Mopti.

Hamadoun dit Dioro Yaranangore est le sixième député disparu de cette cinquième législature après Dramane Goïta (Yorosso-ADEMA), Oumou Simbo Keïta (RPM- Commune V Bamako), Halidou Bonzeye (Asma-CFP-Ansongo), Sidy Fomba (Yelema- Barouéli) et Schadrac Kéïta (MIRIA-Tominian).

Terrorisme au centre du pays

Ali Nouhoun Diallo sur une mauvaise pente !

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here