Marche Pacifique de la Coalition Patriotique pour le Mali (CPM) : Les jeunes accusent !

85

La Coalition Patriotique pour le Mali (CPM) a organisé mercredi dernier une marche pacifique pour dénoncer la situation sécuritaire et humanitaire préoccupante du nord de notre pays et la gestion inadmissible de la question de Kidal par les forces étrangères.

Il s’agissait pour les jeunes à travers cette marche, d’informer l’opinion nationale et internationale  que le peuple malien à travers sa jeunesse est désormais débout pour la prise en main de son destin pour une paix durable, dans la prospérité et la sécurité partagée dans un monde de justice.

 

La marche a été dirigée par Mr Fabou Kanté, président de la CPM, en présence de plusieurs membres.

En effet, Ils étaient quelques dizaines à marcher du monument de la paix à l’Ambassade de France pour exprimer leur ras-le-bol face  à la mauvaise gestion de la situation de la région de Kidal et celle sécuritaire et humanitaire dans les régions nord du Mali.

Sur les banderoles, on pouvait entre autres lire ‘’l’Association Maco soutient la CPM, rien que pour  le Mali !’’, ‘’Communauté internationale, trop, c’est trop !’’, Minusma, Barkhane, on en a marre !’’ ‘’La CPM, ensemble pour libérer Kidal !’’.

Devant l’Ambassade de France, les jeunes ont demandé à rencontrer S.E l’Ambassadeur pour  lui remettre  une déclaration de la CPM après lecture de son contenu. Refus catégorique du représentant diplomatique de la France au Mali.

Mr Fabou Kanté, président de la CPM a ainsi décidé de lire le document  après l’exécution de l’hymne nationale et un vibrant hommage rendu aux 80.000 combattants engagés lors des 2 guerres mondiales, aux 2000 militaires maliens déployés à travers le monde (en mission de maintien de la paix) et aux soldats tombés pour défendre l’intégrité de notre pays.

Il dira ensuite que, non seulement les déficits graves de fonctionnement démocratiques et Républicains internes de près d’une trentaine d’années ont porté un coup dur à la stabilité  et à la sécurité de notre pays, mais aussi depuis 2011, la souveraineté de l’Etat Malien ne s’exerce pas sur toute l’étendue du territoire. Cela, poursuivra Mr Kanté, malgré l’intervention des forces françaises,  la signature de l’accord d’Alger sous l’égide de la communauté internationale et la résolution 2085 de l’ONU qui a permis le déploiement de la Minusma avec comme mission principale de soutenir le gouvernement pour le rétablissement de son intégrité territoriale.

C’est pourquoi, le président de la CPM estime que la France en complicité avec la communauté internationale, semble être plus préoccupée par l’exploration de nos ressources et la mise sous tutelle de notre pays, plutôt que du rétablissement de notre intégrité territoriale.

Il  attirera aussi l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la situation sécuritaire et humanitaire préoccupante du nord du Mali en général et de la gestion inadmissible de Kidal en particulier.

Pour lui, rien ne peut et ne saurait justifier les manœuvres géopolitiques pour réduire drastiquement non seulement les capacités militaires des FAMA et de la Plate-forme, mais aussi de museler  le pouvoir de décision du gouvernement Malien. «C’est pourquoi, la Coalition patriotique pour le Mali, démontre solennellement ce jour 21 septembre 2016, veille des 56 ans de l’accession à la souveraineté internationale de notre pays, que le peuple malien à travers sa jeunesse, est désormais débout pour la prise en main de son destin pour une paix durable, dans la prospérité et la sécurité partagée dans un monde de justice », conclura Mr Kanté.

 

‘’Nous soutenons les FAMA et la Plate-forme’’

 

Pour sa part, Mr Mohamed Maiga, membre de la CPM, a soutenu qu’il était temps que la jeunesse malienne prenne les choses en main et réfléchisse à sa partition à améliorer la situation du pays et comprendre le jeu de la France.  Parce que, rappelle-t-il, la France a préféré rentrer dans la ville de Kidal sans les FAMA après avoir mené tous les combats ensemble. « Certes la France nous a aidé et continue de le faire, mais jusque là, nous n’arrivons pas à comprendre cela et de savoir toujours qu’une partie du territoire échappe au contrôle de l’Etat », martelera-t-il.

Pour Mr Maiga, les jeunes  sont privés de leur liberté dans la mesure où une partie de notre pays (Kidal)  reste toujours confisquée. « C’est pourquoi, le but de cette marche est aussi d’exprimer notre soutien envers les FAMA et la Plate-forme qui sont capables aujourd’hui de planter le drapeau du Mali à Kidal, mais également de demander à la France de laisser les maliens entre eux si, elle ne peut définitivement régler le problème », a conclu Mr Maiga.

Djibril Kayentao


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here