Axe Zegoua-Bamako : Les PDG imposent la dîme aux passagers

87

Le voyage entre Bamako et Zégoua constitue un calvaire pour les voyageurs à plus forte raison les étrangers.

Policiers, douaniers et gendarmes (PDG) soutirent de l’argent aux voyageurs. La boulimie d’argent de porteurs d’uniforme explique ces perceptions illicites.

Les passagers des pays voisins sont souvent victimes d’agression. Même avec leur pièce complète, ils sont obligés de payer. “Cela fait dix ans que je suis sur cette route. Ils ne changeront jamais. C’est toujours le même scénario. Ils nous prennent 2000 F CFA par personne à chaque poste de contrôle”, s’emporte un passager mauritanien du nom de Souleymane Baba.

“Je suis un habitué du corridor et je dois vous avouer que pour passer chaque poste frontière, vous devez verser de l’argent aux PDG”, ajoute un autre passager, Sékou Ouattara. Mauritaniens, Algériens, Sénégalais quittant la Côte d’Ivoire pour leurs pays respectifs passent souvent par le Mali. Ils payent le double, voire le triple de ce que payent les autres passagers.

Selon des sources, des policiers, douaniers et gendarmes font la pluie et le beau temps sur ce trajet long. Simples voyageurs, transporteurs, commerçants et compagnies de transport subissent le même calvaire.

“Avec ou sans vos documents de voyage à jour, vous payerez quelque chose avant de passer. Et chaque corps présent au poste frontière viendra se sucrer sur votre dos”, se lamente Sidiki Sako, un étudiant.

Les prélèvements illicites représentent un manque à gagner pour les voyageurs et les opérateurs économiques. A Bamako, certains voyageurs affirment avoir dépensé entre 1000 et 2000 F CFA pour passer les postes frontières, soit des montants qui oscillent finalement entre 6 et 12 000 F CFA.

Zié Mamadou Koné Stagiaire

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here