Mondial 2018 : Côte d’Ivoire-Mali, les aigles peuvent le faire

247

La sélection nationale qui affronte les Eléphants, samedi à Bouaké pour le compte de la première journée du Mondial, Russie 2018, ambitionne de ramener au moins un point de son voyage

La campagne du Mondial, Russie 2018 démarre samedi pour l’Equipe du Mali (EDM). Pour leur première sortie, les Aigles rendent visite aux champions d’Afrique en titre, les Eléphants de Côte d’ivoire. Le match se disputera au stade de la Paix de Bouaké et le coup d’envoi sera donné à 18h. C’est un match important pour la bande d’Alain Giresse qui a impérativement besoin d’un résultat positif pour se rassurer et rassurer les supporters.

En effet, la Côte d’Ivoire est considérée comme une bête noire du Mali et à chaque confrontation avec notre voisin du sud, les supporters se posent la même question : les Aigles parviendront-ils un jour à vaincre le signe indien ? Pour le moment, les statistiques sont largement en faveur des Ivoiriens. En 36 confrontations, les Eléphants se sont imposés 22 fois, contre seulement 5 pour les Aigles et 9 nuls.

Mais ces dernières années, l’écart s’est quelque peu resserré entre les deux sélections comme l’attestent les résultats des dernières confrontations en phase finale de la CAN (1-0 en demi-finale de la CAN 2012 (Gabon) pour la Côte d’Ivoire et 1-1 en phase de groupe de la CAN 2015 en Guinée Equatoriale).

Au niveau des autres sélections, le Mali a même réussi à inverser la tendance et reste sur deux succès contre la Côte d’Ivoire (1-0 deux fois lors de la demi-finale du Championnat d’Afrique des nations, Rwanda 2016 et du tournoi UEMOA 2014 organisé en Côte d’Ivoire). Le football malien monte donc en puissance et les Aigles peuvent le prouver lors de cette première journée des éliminatoires du Mondial, Russie 2018. En tout cas, après le brillant parcours de l’EDM aux éliminatoires de la CAN (5 victoires, 1 nul en 6 sorties, 13 buts marqués, 3 encaissés) et surtout la démonstration contre le Bénin (5-2 lors de la dernière sortie), on peut s’autoriser à dire que tout est possible dans cette 37è confrontation entre nos deux pays.

Ce qui est sûr, les Aigles ont le moral gonflé à bloc et aborderont la rencontre avec la ferme intention de poursuivre sur la lancée de la CAN et ramener un résultat positif de Bouaké. «On va aborder le match très déterminé et très engagé. On va se concentrer sur le match en fonction des forces et faiblesses de l’adversaire. Il y a moins d’écart entre le Mali et la Côte d’Ivoire qu’il n’y a en avait. Mais c’est le terrain qui le déterminera. On se prépare pour faire un grand match et un bon résultat», a ainsi déclaré le sélectionneur des Aigles lors de la conférence de presse le 27 septembre dernier. «On est dans un groupe difficile où la Côte d’Ivoire se présente comme la favorite. Derrière, il y a les autres qui vont aussi se battre.

La qualification va se jouer de façon très serrée. Le moindre point aura son importance parce que ça va se jouer sur des petites choses, peut-être à la différence de buts. Les matches seront très difficiles et importants», a ajouté Alain Giresse avant de parler de la sélection ivoirienne. «C’est une équipe qui est en modification puisque ses très grands joueurs ont arrêté ou viennent d’arrêter. La Côte d’Ivoire possède moins de joueurs de talents de haut niveau qu’il en avait lors de la dernière CAN. Mais dans son expression, c’est une équipe qui a une grande agressivité, un grand engagement et une grande détermination et il y a encore quelques individualités comme Gervhino», a également souligné le technicien français qui sera privé des services de quelques cadres pour cette première journée des éliminatoires.

Il s’agit d’Abdoulaye Diaby (FC Bruges), de Bakary Sako (Crystal Palace), d’Adama Traoré (Monaco), qui ont déclaré forfait pour cause de blessure. Quant aux deux gardiens, Djigui Diarra et Soumaïla Diakité ils n’ont pu participer au regroupement de Paris à cause du sempiternel problème de visa.

Concernant les Eléphants, il faut dire que l’équipe n’a pas retrouvé le niveau qui était le sien depuis son sacre à la CAN 2015 en Guinée Equatoriale. Lors des éliminatoires de la CAN, les champions d’Afrique en titre n’ont pas du tout brillé, loin s’en faut. L’équipe a même connu de grosses difficultés dans son groupe qui comprenait la Serra Léone, le Soudan et le Gabon. Les Eléphants n’ont gagné que 2 matches contre le Soudan (1-0) et le Gabon (2-1) pour 4 matches nuls. Mais malgré tout, la Côte d’Ivoire reste une grande nation de football et les nôtres doivent être au top pour espérer faire chuter le géant devant son public.

Comme Giresse, le sélectionneur des Eléphants, Michel Dussuyer pense que le groupe est solide et que chaque journée sera comme une finale. «C’est un mini championnat et chaque match est très important pour nous, souligne le technicien français. Pour atteindre l’objectif de la qualification, il est important pour nous de faire le plein de points à domicile et rempiler les points à l’extérieur. C’est ce qu’on va s’attacher à faire. Il s’agit de bien démarrer dans cette compétition et ce match face au Mali est très important comme tous les autres matches. On sait que ça va être un match difficile parce que, cette équipe du Mali est talentueuse. On s’attend à une forte opposition. Maintenant nous aussi, on a des armes à faire valoir. On est chez nous, il faut se faire respecter à la maison», a martelé Michel Dussuyer.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here