Campagne agricole 2016-2017 : Concertation à Mi-parcours

37

La rencontre permettra de faire le point d’évolution des cultures sur le terrain

La direction nationale de l’Agriculture a battu le rappel de toutes les directions régionales du pays pour une concertation nationale sur l’évolution de la campagne agricole 2016-2017. Cette rencontre, présidée par le directeur national de l’Agriculture, Siaka Fofana, a regroupé tous les directeurs régionaux, y compris ceux de Ménaka et Taoudénit qui ont fait connaissance avec leurs collègues des autres régions et du District de Bamako. A ces responsables régionaux se sont joints les responsables agricoles et des statistiques et suivi-évaluation des Offices et autres Agences de développement rural, et des représentants de la profession agricole (APCAM, AOPP). La rencontre a pour objet, selon le directeur national de l’Agriculture, de faire le point sur la mise en œuvre du plan de campagne agricole 2016-2017, des difficultés agricoles et techniques rencontrées. Elle permettra également d’esquisser un schéma de fin de campagne avec la rareté des pluies et les dispositions envisagées pour réduire l’impact des nuisibles sur les plantes. Siaka Fofana a rappelé que le plan de campagne 2016-2017 approuvé par le Conseil supérieur de l’agriculture, présidé par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, a prévu un objectif de production agricole de 8.798.408 tonnes de céréales et 650.000 tonnes de coton graine.
Pour atteindre ces objectifs, le plan de campagne a mis en branle un certain nombre de mesures comme la subvention des semences de maïs hybride, des engrais pour le riz irrigué, le nerica pluvial, le maïs conventionnel, le blé, le mil/sorgho et le système coton et la fourniture de l’appui/conseil.
L’application des mesures de défense et de restauration des sols, le contrôle de qualité des intrants agricoles, la protection des cultures et les opérations de pluies provoquées. Ces interventions sont renforcées par les appuis apportés par les projets/programmes agricoles (PAPAM, GIPD, SAPEP, WAAPP, les projets de résilience aux changements climatiques etc). Durant deux jours, les participants doivent échanger sur les différents paramètres de la mise en œuvre du plan de campagne et identifier toutes les contraintes. Ils éplucheront les conditions socio-économiques de démarrage de la campagne, la pluviométrie, la crue, l’approvisionnement des producteurs en intrants agricoles de qualité, l’évolution des cultures, la situation phytosanitaire et feront des propositions pour résoudre les difficultés rencontrées. Siaka Fofana a regretté les difficultés rencontrées pour une bonne application de l’Accord pour la paix et la réconciliation sur le terrain, et particulièrement dans le centre et les régions nord du pays. Cette situation a affecté particulièrement le suivi des activités agricoles, d’élevage, de pêche, mais aussi l’artisanat et le tourisme qui sont aussi d’autres sources de revenus pour les populations ainsi touchées. Il a espéré un retour définitif de la paix dans le septentrion malien et souhaité une bonne campagne agricole pour l’ensemble du pays.

M. COULIBALY

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here