Lynchage des voleurs : les Maliens se prononcent…

51

Nul n’en doute plus : le lynchage des voleurs est devenu un phénomène de société. Le lynchage étant un phénomène d’exécution sommaire d’individus suspectés de vol sans passer par un jugement judiciaire, notre rédaction s’est intéressée à ce sujet, afin d’en savoir davantage.

Au constat général, le vol à main armée devient récurrent à Bamako et les populations se rendent justice sans passer par une instance judiciaire. Selon elles, les voleurs d’aujourd’hui tuent sans hésiter et ils sont armés jusqu’aux dents au vu et au su de la police. De son côté, la police aussi pointe du doigt les populations pour leur refus de collaboration, afin de mettre hors d’état de nuire ces malfrats qui sèment la panique dans les quartiers.

Les Forces de sécurité et les populations ne semblent pas sur la même longueur d’onde. En effet, les populations disent être agacées face à cette situation et ne trouvent autre moyen que de violenter ces voleurs, sinon les lyncher. Selon Seydou Diarra, vendeur, «Si vous voyez que nous rendons justice par nous-mêmes, c’est parce que nos autorités ne sont pas compétentes. Quand on amène un voleur à la police, les policiers le mettent dans la geôle à notre présence, mais après un bout de temps, nous verrons ce même voleur en train de récidiver. Désormais, nous jugerons nous-mêmes en les brûlant vifs ou en les lynchant».

Mohamed Keïta, enseignant, renchérit : «Mon avis sur la question de lynchage est que j’accuse primo les autorités maliennes et secundo la population. L’autorité malienne ne s’acquitte pas du tout de ses devoirs et ne joue pas pleinement les rôles qui leur sont assignés. J’ai pris part ici à Bamako à un lynchage de voleur. Ce voleur avait volé une moto Djakarta et il fut arrêté par une foule en colère, qui l’a battu à mort, avant d’appeler la police».

Voulant raconter une scène de lynchage à laquelle il a participé, un homme se précipite vers notre micro : «On a versé de l’essence sur lui pour le brûler vif. C’est comme ça. Si la foule avait attendu la police, ce voleur de moto aurait eu la vie sauve. Ce qui est marrant, c’est le voleur qui demandait de le remettre à la police. Avant que la police n’arrive, la foule l’a brûlé vif», a-t-il souligné.

Adama Traoré, étudiant, fustige la police. «Si elle était venue à temps, ce voleur n’allait pas subir un tel jugement. Si vous voyez que la population agit de cette manière, c’est parce qu’elle a trop encaissé de la part des voleurs». Et d’ajouter : «En s’en prenant aux populations et à leurs biens, en les tuant même parfois, les voleurs les ont motivées à leur faire subir toute sorte de mauvais traitement. Mais, sachons qu’on doit aussi respecter la vie humaine, et force doit rester à la loi».

Au regard de ce constat, nombre de Maliens s’interrogent sur le rôle des forces de sécurité. D’où l’appel de cet autre interlocuteur : «Nous lançons un vibrant appel aux autorités afin qu’elles puissent veiller à la sécurité des populations, et trouver des sanctions exemplaires pour les lyncheurs pour que ce phénomène ne soit plus courant dans notre société».

Korotoumou KARABENTA/Stagiaire

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here