Week-end sanglant au Nord du Mali : Des membres de la CMA à l’origine de l’attaque au Niger interceptés par Barkhane : 9 morts dont Mohamed Ag Bahanga (CMA)

135

Mort de Cheikh Ag Aoussa, N° 2 du HCUA – CMA

Des Ifoghas (CMA) enlèvent 4 personnes dans un village Imghad

Le crépitement effréné et ininterrompu du tam-tam, dit-on dans nos terroirs, annonce deux choses : ou la fin de la cérémonie de réjouissance ou celle de l’instrument de percussion lui-même.

Le week-end dernier a été marqué par de nombreux événements dans certaines localités à l’extrême nord du pays. Le plus spectaculaire et, sans nul doute le plus instructif, est l’interception, par l’opération Barkhane, des présumés auteurs de l’attaque du camp de réfugiés au Niger le 06 Octobre dernier ayant fait 22 morts dans les rangs des militaires nigériens.

A la suite des affrontements avec Barkhane, nous signale-t-on, au moins 9 narcoterroristes ont été tués et parmi eux, Mossa Ag Khamoud et Mohamed Ag Bahanga, frère de feu Ibrahim Ag Bahanga. Un enfant soldat de 14 ans a également perdu la vie.

Il nous revient que l’attaque du camp des réfugiés au Niger a été menée par Azbi Ag Fagaga (Iffirgoumissene) et Akwal (Ichaden Harene) tous deux membres de la CMA. Azbi Ag Fagaga, faut-il le rappeler, est le frère de Hassane Fagaga. Il a été aidé par un arabe nigérien du nom de Hanana. L’on constate, en tout état de cause, que la CMA est en train d’étendre ses tentacules au Niger dans le funeste dessein d’embraser tout le sahel.

Cette réaction de l’Opération Barkhane, disions-nous, est très instructive puisque révélatrice de l’évolution des mentalités. La mission française avait toujours fait un distinguo entre séparatistes et narco-jihadistes. L’on constate là, qu’elle a revu et corrigé sa feuille de route. Tant mieux !

Le même week-end (samedi 08 Octobre) a été marqué par la mort de Cheikh Ag Aoussa, numéro 2 du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), membre de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Il était un proche d’Iyad Ag Ghaly, chef du groupe Ançar Dine. Un gros bonnet du mouvement séparatiste et jihadiste alors !

C’est alors qu’il revenait de la base de la MINUSMA à Kidal que son véhicule, à son bord d’autres combattants, a explosé. Tous les occupants ont été tués. Mine ou tir de drone ? La seconde hypothèse est très plausible dans la mesure où la victime est censée connaître les positions de toutes les mines pour en être l’un des poseurs. C’est certainement pour cette raison que son organisation (le HCUA) a évoqué «un assassinat ciblé». Signalons, en tout état de cause, que le défunt est accusé de nombreux crimes de guerre sur des civiles et militaires maliens.

Durant le même week-end (samedi), un groupe armé composé d’Ifoghas et d’Iffirgoumissene conduit par un nommé Bohiba a mené un raid dans le village Imghad de Sebene. Ils y ont enlevé quatre (04) personnes.

En récapitulant, l’on constate que la CMA est aujourd’hui en très mauvaise posture et surtout que l’opinion publique internationale à travers Barkhane, sait désormais à quoi s’en tenir.

B.S. Diarra

aBamako