Processus de paix : Quelle stabilité au Mali avec la Russie?

42

Le président Viladmir Poutine a entendu l’appel des Maliens, a déclaré à la presse locale Mikhaïl Bogdanov, le vice ministre russe des Affaires étrangères. Ce dernier qui est également le représentant spécial du président Poutine pour le Moyen-Orient et l’Afrique s’exprimait le 12 octobre après une audience avec le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop.

Pour le ministre russe, il appartient aux Maliens de définir clairement la nature de l’aide que son pays doit apporter à la consolidation de l’unité et la stabilité du Mali. «Nous sommes disposés à supporter toutes les décisions prises par le président malien dans le cadre du dialogue entre les différentes composantes de la population malienne», a fait savoir le vice-ministre russe des Affaires étrangères qui effectue une visite de 48 heures au Mali.

La délégation russe arrive au Mali dans un contexte d’enlisement du processus de paix marqué par la difficulté pour l’armée nationale à s’établir sur toute l’étendue du territoire national. «La Russie n’est pas de ces partenaires qui nous font des prescriptions sur ce que le gouvernement doit faire ou ne doit pas faire », a déclaré Abdoulaye Diop, introduisant le visiteur à la presse malienne à Koulouba.

Le chef de la diplomatie malienne a affirmé que les relations entre les deux pays sont excellentes mais elles ne suffisent pas. En effet, le Mali et la Russie font face aux mêmes défis dont la lutte contre le terrorisme que le vice ministre russe des Affaires étrangères qualifie fort opportunément de « mal universel » à combattre.

Les autorités russes disent avoir entendu l’appel d’une partie importante de la population malienne qui souhaite que Moscou s’implique davantage dans la résolution de la crise malienne. Selon Mikhaïl Bogdanov, la présidence russe est bien au courant de ce vœu des Maliens et le Kremlin est disposé à fournir du matériel militaire pour réhabiliter l’armée nationale.

La coopération entre le Mali et la Russie c’est aussi des partenariats entre opérateurs économiques, notamment la création de sociétés privées mixtes dans les domaines de la commercialisation des produits pharmaceutiques, du transport aérien, la recherche et l’exploitation minière. La coopération scientifique et culturelle est également visée à travers l’octroi des bourses d’études.

Les enjeux sécuritaires des relations internationales sont bien au cœur de la visite du vice-ministre russe des Affaires étrangères au Mali. « Au cours des différentes rencontres, plusieurs sujets seront abordés dont la situation d’ensemble des relations internationales, l’ONU, les foyers de tension à travers le monde, la multipolarité », souligne un communiqué de presse diffusé à l’occasion de cette visite.

Soumaila T. Diarra


Africatime