La CEDEAO prévoit la création d’une compagnie sous-regionale de transport maritime

54

La capitale togolaise a abrité lundi la réunion des ministres sectoriels sur le projet du transport maritime "Sealink", organisée par la commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) et le ministère togolais des Transports en collaboration avec la Fédération des chambres de commerce et d'industrie de l'Afrique de l'ouest (FEWACCI).
Cette rencontre qui intervient au lendemain de l'adoption par les chefs d'Etats et de gouvernement de l'Union Africaine de la "Charte africaine sur la sécurité et la sureté maritimes et le développement", a permis aux participants de réfléchir sur les voies et moyens de développement de l'industrie maritime et portuaire pour l'émergence des différents pays de la Communauté.
Il s'agit de la création de la compagnie sous-régionale de transport maritime de la CEDEAO dénommé "Sealink" afin de faciliter les échanges et les transports dans la sous-région, par une réduction de temps d'attente des navires et leur cargaison dans les ports. La création de cette compagnie permettra également la baisse des coûts d'exploitation des navires par une réduction de consommation du carburant.
La ligne maritime régionale "Sealink" vise par ailleurs à stimuler le transport interrégional de passagers et les services du fret comme un catalyseur pour le développement du commerce dans la sous-région.
Le président de la commission de la CEDEAO, Marcel de Souza a indiqué que la mise en œuvre effective de la charte de Lomé offrira les garanties et la sécurité maritime aux navires qui pourront traverser avec quiétude les eaux dans le golfe de Guinée.
Il a précisé que l'accélération de l'intégration passe par la réalisation d'infrastructures et d'investissements innovants dans les domaines des transports routier, ferroviaire, aérien et maritime.
Le ministre togolais en charge des transports Ninsao Gnofam a affirmé que l'aboutissement des études du projet du transport maritime "Sealink" que pilote la CEDEAO aura des retombées positives sur les économies des pays membres. "Pour mener à bien ce projet et atteindre les résultats que nous escomptons, nous devons nous enrichir de l'échec des expériences passées menées dans ce domaine", a-t-il ajouté.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here