Journée porte ouverte a l’INAM :  » Le handicap n’est pas une chose à marginaliser  » dixit Mme COULIBALY Mariama SANGARE

75

A l'occasion du mois de la Solidarité, l'Institut National des Aveugles du Mali (INAM) a organisé une journée porte ouverte. En ce jour du lundi 17 octobre, il s'agissait pour l'organisateur d'inviter les responsables de tutelle à venir s'imprégner de l'état de cet institut. Ainsi, le ministère de l'éducation nationale était représenté par la directrice nationale de l'éducation préscolaire et spéciale Mme COULIBALY Mariama SANGARE. La représentante de l'académie d'enseignement rive gauche, Mme BA Oumou DOUCOURE, et le DCAP de Faladiè, Mme TRORE Aïchata SANOGO, étaient aussi présentes.
" Pour renforcer l'intégration et l'inclusion au sein de l'INAM, cet institut ouvre grandement sa porte ce lundi 17 octobre aux officiels et aux parents d'élève.
A cette occasion, la directrice nationale de l'éducation préscolaire et spéciale, Mme COULIBALY Mariama SANGARE relaie un message. Selon elle, cette journée s'inscrit dans le cadre du mois de la solidarité. Il s'agit de démontrer au grand public que le handicap n'est pas une chose à marginaliser. L'enfant handicapé peut apprendre comme tous les autres enfants, affirme-t-elle.
Pour éviter la marginalisation, la discrimination des enfants en situation de handicap, une journée porte ouverte est organisée au sein de l'institut qui s'occupe de ces enfants, ajoute Mme COULIBALY. A l'occasion, le ministère à travers elle donne un document à l'académie des deux rives du district. Ce document évoque la formation des enseignants au niveau de l'IFM. Tout cela pour rehausser le niveau d'instruction de ces enfants en situation de handicap, conclut la directrice.
Le directeur de l'INAM, Chaka DIABATE, se sert de l'occasion pour s'adresser aux plus hautes autorités. Selon lui, l'Etat est en marge de sa partition. " Une chose est d'encadrer ces enfants afin qu'ils aient le diplôme, une autre est de leur donner l'emploi. Ceux qui sont diplômés ne savent plus où aller faute de politique d'emploi pour les personnes en situation de handicap " dit-il. Alors, le directeur appelle le gouvernement à se conformer aux conventions qu'il a ratifiées concernant les personnes en situation de handicap. Dans ces conventions, il existe des dérogations pour ces déficients lors des examens et des emplois, rappelle M. DIABATE.
Aussi, le directeur de l'INAM attire l'attention des autorités sur l'orientation des déficients visuels. Selon lui, chaque année, l'INAM se voit dans l'obligation de faire un plaidoyer pour réorienter ses élèves orientés aux écoles de formation professionnelle. Comment un non voyant peu apprendre l'électricité, se demande M. DIABATE. Qu'ils partent au lycée ! Plaide-t-il.
Conformément au programme, l'événement a commencé à 8H30 et pris fin à 17H00.
La journée est sanctionnée par le Cécifoot et l'animation de l'Orchestre MIRIA.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here