Les quotidiens maliens à fond sur le congrès du RPM

46

Le congrès du Rassemblement pour le Mali (RMP, au pouvoir) prévu les 22 et 23 octobre fait déjà les choux gras de la presse malienne de ce vendredi.

«Congrès ordinaire du RPM : le test pour les poulains d’IBK», affiche en manchette les Echos. Ce journal indique que le Parti présidentiel est au pied du mur.

«Les protégés d’Ibrahim Boubacar Kéita doivent soit profiter de ce rendez-vous pour sortir la tête de l’eau ou compromettre l’avenir de leur formation. Ce quatrième congrès ordinaire n’est donc autre qu’un test grandeur nature pour les tisserands qui, après avoir conquis le pouvoir, doivent se montrer dignes de la confiance des Maliens, à travers d’abord un parti exemplaire sur toute la ligne», note les Echos.

Pourtant, l’Indépendant estime que ce congrès n’a pas un enjeu réel dans la mesure où «le président Ibrahim Boubacar Kéita aurait presque tourné le dos à cette formation politique dont il n’a reçu l’organe dirigeant que deux fois seulement depuis 3 ans qu’il est au pouvoir». «Il s’agira maintenant de voir qu’elle sera la configuration du nouveau bureau politique national qui sera issu de ce congrès», écrit l’Indépendant.

Le Pouce ne partage pas ce point de vue de l’Indépendant qui parle d’ «un évènement majeur dont l’enjeu dépasse l’installation du simple président du parti». Ce faisant, le journal analyse que «le successeur d’IBK à la tête du parti, a de forte chance d’être le porte-étendard, aux futurs scrutins présidentiels».

Info Matin de son côté indique que c’est la première fois que les tisserands se retrouvent en conclave sans leur leader historique. «Qui succèdera à Ibk ? Aussi l’absence du président IBK va-t-elle peser sur ces assises ?», S’interroge ce journal.

«Congrès du RPM : Le président IBK obtient l’apaisement», titre l’Indicateur du Renouveau, qui nous informe par ailleurs que le président Kéita a reçu une délégation du Bureau exécutif national du Rassemblement pour le Mali.

«L’on s’achemine vers un congrès stable et apaisé ce week-end. Après avoir reproché plusieurs choses à l’actuel secrétaire général, Bocary Tréta, pressenti à la tête de la formation, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita vient de l’exhorter à une large concertation pour arriver à un consensus aux termes de cette instance. Il a invité les uns et les autres à se donner la main pour renforcer le parti», prédit l’Indicateur du Renouveau.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here