Interprétations de la sentence du TAS : Qui peut réveiller des morts pour une simple Assemblée générale extraordinaire de la Femafoot ?

51

L’interprétation de la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) continue de défrayer la chronique dans les milieux sportifs car chacune des deux parties commente cette sentence en sa faveur. Et pourtant, le point 4 de ce fameux document est très claire : “Le TAS ordonne au Comité exécutif de la Fédération malienne de football de convoquer une nouvelle Assemblée générale en respectant ses propres statuts et règlements. Cette Assemblée générale devra se tenir au plus tard le 30 novembre 2016. Devront figurer à l’ordre du jour de cette Assemblée générale, outre les points énumérés à l’article 32.2 des statuts, la confirmation ou non des membres du Comité exécutif désignés provisoirement avant le 10 janvier 2015 ; la révocation de M. Yéli Sissoko en tant que président de la Commission centrale des finances ; la suspension de toute autre personne physique ou membre ainsi que les questions inscrites par les membres en conformité avec les délais stipulés à l’article 31.2 des statuts de la Femafoot. La convocation devra être établie sur base de la liste des membres convoqués à l’Assemblée générale du 10 janvier 2015”. 

Malgré tout,  certains acteurs du Collectif font toujours semblant de ne pas comprendre. Elles interprètent comme elles veulent, à leur manière et en leur faveur. Cela, en faisant  une nuance entre “membre” et “personne physique”. Selon leurs propres interprétations, “ce sont les mêmes personnes,  qui étaient présentes à l’Assemblée générale du 10 janvier 2015, qui doivent être invitées par la Fédération à cette nouvelle Assemblée générale”. Ce qui est archifaux. Puisqu’il s’agit bien des membres  et non des personnes en question.

En fait, le Collège électoral est composé des ligues, clubs de première division, champions de deuxième division et les associations sportives.   Autre précision, les trois délégués de l’Assemblée générale du 10 janvier 2015 ne sont plus de ce monde depuis quelques mois. Il s’agit du président du Centre Salif Kéïta (Csk) Bakary Kéïta dit Zé, du président de l’Association des entraineurs du Mali, Mamadou Diané et du Médecin du club de Duguwolifa, Dr Sékou Koné. Qui peut réveiller ces morts pour une simple Assemblée générale extraordinaire de la Femafoot ?  Cette question mérite vraiment d’être posée quand on sait que beaucoup de choses se sont passées après l’Assemblée générale du 10 janvier 2015.                                                                                                                                              A.B. HAÏDARA

 


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here