4ème congrès ordinaire du RPM : Le Rpm est fier de ses 3 années au pouvoir

92

Le Rassemblement Pour le Mali (RPM) a organisé son 4ème congrès ordinaire le samedi 22 et le dimanche 23 octobre au Palais de la Culture Amadou Hampaté BA. L’occasion pour le parti d’affirmer sa fierté pour les trois ans de gestion du président Ibrahim Boubacar Kéïta.

Statutaire, le 4ème congrès permet au parti de redorer son blason. Il lui permettre de relire ses statuts et son règlement intérieur mais surtout de lui doter d’un nouveau bureau politique national. Afin qu’il puisse répondre efficacement aux attentes du président de la République malmené en longueur de journée par les partis de l’opposition, mieux organisés et mieux structurés.

Lors de la cérémonie d’ouverture, la matinée, le président par intérim du parti, Dr Boulkassoum HAIDARA dans son discours laisse entendre que le RPM est fier de son candidat au pouvoir depuis 3 ans.

Dans ce discours, le président du RPM aborde les acquis d’IBK et son gouvernement, les chantiers en cours et tout autre changement qu’ils ont pu opérer. Mais auparavant, la présidente des femmes, Mme DIAWARA Lédy TOURE a tenu son discours.

“Nous nous réjouissons de l’élection de notre camarade Ibrahim Boubacar KEITA à la magistrature suprême avec 77,62%”, dixit le président par intérim Dr Boulkassoum HAIDARA. Après les mots de bienvenue, le président du RPM évoque les conditions de création du Rassemblement Pour le Mali. Puis, il a avancé les circonstances de l’élection de leur candidat et a, par ailleurs, salué la détermination de ces hommes et femmes qui ont œuvré pour la réussite de cette élection.

Selon Dr HAIDARA, le projet présidentiel, “Pour le bonheur et l’honneur des Maliens”, est loin d’être un slogan creux. C’est une annonce d’acquis probants pour la réalisation de laquelle le parti souhaite une longue vie au Président IBK afin qu’il puisse assister au dénouement heureux de certains événements et à la mise en consommation des grands chantiers ouverts pendant son quinquennat.

D’abord, dit-il, au rétablissement durable de la paix et de la souveraineté avec la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger signé le 15 mai et le 20 juin 2015 à Bamako. La reforme de l’outil de défense avec l’adoption de la Loi d’Orientation et Programmation Militaire (LOPM) portant sur un budget de 1230 milliards de F CFA entièrement financé par le budget national sur une période de 5 ans, poursuit M. HAIDARA.

La gouvernance économique est salutaire avec une amélioration du taux de croissance de l’économie qui était de 0,00% en 2012, il passe de 1,4% en 2013 pendant la transition pour atteindre 5,2% en 2014 et enfin à 6% en 2015 avec une inflation retenue à 1%. Le budget de 2016, ajoute le président du RPM, a dépassé pour la première fois la barre de 2000 milliards. Les services de l’Etat ont mobilisé plus de 1000 milliards, ce qui rend aussi pour la première fois une allocation de 500 milliards aux investissements politiques.

Pour le Dr HAIDARA, la dette intérieure a totalement été assurée. Au titre de l’année 2014 pour un montant de 108.487.311.210 F CFA et celle de l’année 2015 pour un montant de 234.114.791.032 F CFA.

Les prix de produit de première nécessité ont été stabilisés. Les salaires ont connu une hausse de 20% avance le président. Les allocations familiales ont été rehaussées de 42,86% passant de 2000 F CFA à 3500 F CFA et pour un enfant en situation de handicap, cette augmentation a atteint les 50%. Le salaire minimum interprofessionnel garanti est passé de 28.460 F à 40.000 F CFA en 2016. Il passera à 42.600 F en 2017, soit une augmentation de 33,5%, affirme le premier responsable du RPM.

Aussi, dit-il : “Une augmentation substantielle sur les frais de mission et le déplacement des agents de l’Etat à l’intérieur et à l’extérieur a amélioré les conditions de travail de ceux-ci.”

La création de 116.388 emplois. Le désenclavement intérieur se poursuit avec la construction de la route 2X2 voies reliant Bamako-Koulikoro, la construction du pont de Kayo et de ses voies d’accès. La construction du 2ème pont de Kayes, du pont de Ségou, l’achèvement de la route du poisson. La construction de la route Ségou-San, la construction d’un échangeur au rond point de Markala à Ségou. La construction du pont de Koro barrage entre Sikasso et Koutiala et de la route Zantiébougou-Kadiolo à la frontière ivoirienne ainsi que la nouvelle aérogare de Bamako, continue M. HAIDARA.

La réalisation des centres d’autonomisation féminine. La mise en place du fond d’1 milliard pour le financement des projets d’autopromotion des femmes.

Dans le domaine du renforcement de la démocratie, annonce le président, on a assisté à l’organisation avec succès des élections législatives de 2013 sur toute l’étendue du territoire. Le vote du statut de l’opposition avec la mise en place de son projet de fonctionnement. Egalement, le vote sur les mesures du genre dans les fonctions nominatives et électives.

Toujours selon les propos de M. HAIDARA, dans le domaine institutionnel, la mise en place en 2013 de la Haute Cour de Justice prévue dans la constitution du 25 février 1992 achevant l’application des dispositions de la loi fondamentale.

En ce qui concerne l’Agriculture, les acquis considérables ont été enregistrés avec une affectation de 15,01% du budget national à ce secteur. La poursuite de subvention des intrants agricoles qui passe de 42 milliards à 45 milliards. La baisse du prix des engrais de 12.500 F à 11.500 F CFA le sac. La distribution de 1000 tracteurs subventionnés à hauteur de 50% aux producteurs. L’aménagement de 18.000 hectares sur 25.000 en chantier. Une production record de 8.200.000 tonnes attendus au cours de la campagne 2015-2016 soit 25% de plus que la moyenne des 5 dernières années. Plu de 550.000 tonnes de coton graine. La consécration du Mali par la FAO en 2015 avec huit autres pays africains comme pays ayant atteint les objectifs du pilier un des objectifs du millénaire en réduisant de 50% la proportion de la population qui a faim, se réjouit le président.

Les subventions allouées à l’Etat aux hydrocarbures et aux gaz ont permis l’apaisement du front social.

Le secteur de l’énergie a bénéficié d’une mobilisation de 179,38 milliards pour financer le central hydro-électrique de Guinée d’une capacité de 42 Mgh. La centrale solaire de 33 méga watts à Ségou Pelengana, la centrale solaire de 50 méga watts de Kita avec 76,2 giga watts heures de productible, indique M. HAIDARA.

Dans le domaine de l’eau potable, 240 milliards de FCFA ont été mobilisés pour réaliser l’alimentation en eau potable des villes de Bamako, Kayes, Sikasso, Koutiala, Kati, Nioro, Bandiagara, Mopti, Tombouctou et Gao.

Pour le domaine de l’éducation, “Nous saluons l’apaisement du climat scolaire assorti du niveau des apprenants dans l’assiduité et dans la discipline. Nous nous réjouissons de l’ouverture des écoles à Kidal le 17 octobre dernier”, précise le président.

A ces réalisations, continue toujours M. Boulkassoum HAIDARA, il convient de tenir compte des grands chantiers ouverts dans le domaine de la santé, de l’habitat, de la culture, de l’industrie et du sport.

Cependant, auparavant, la présidente des femmes du RPM, Mme DIAWARA Lédy TOURE, a tenu son discours. Selon elle, toutes les femmes du RPM soutiennent le Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA et son gouvernement dans leurs actions pour le Mali. Elles sont toutes fières du plan sécuritaire du Mali d’aujourd’hui. “Oui ! Chers camarades, nous disons haut et fort sur le plan sécuritaire, nous sommes en train de toucher du doigt à un issu heureux avec nos frères”, dit elle. Aussi, elle a parlé de la loi 2015-052 qui accorde un quota de 30% aux femmes dans les fonctions nominatives et électives. D’après Mme DIAWARA, le bilan des 3ans du RPM au pouvoir est positif de part quelques faits. “Le Mali a eu tout son respect, sa dignité et son honneur sur le plan international. Pour preuve, notre Président dans l’histoire de l’humanité, a été le seul Chef d’Etat africain à être invité avec honneur à Paris sur les champs Élysées.”, affirme-t-elle.

Ce congrès a vu la participation de plusieurs personnalités politiques nationales et internationales. Au niveau national, 23 partis politiques dont des partis de l’opposition. Quant au niveau international, le Secrétaire Général de l’International Socialiste, Louis AYALA, était présent plus le comité africain de l’International Socialiste, Emanuel N’GOULOU. La Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger et le Maroc y étaient également.

Yacouba TRAORE

Stagiaire 


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here