Contentieux Etat /Ressources minières : -L’arrogance de Randgold -La fermeté du ministre des Finances

79

L’ancien Président du Mali, Amadou Toumani Touré, a l’habitude de dire que « l’or du Mali ne brille pas pour tout le monde ». Il a effectivement raison. Il ne brille pas pour le trésor public, a fortiori pour le citoyen lambda. L’or du Mali, en réalité, ne brille que pour les seules multinationales, qui sucent le sang des maliens, en pillant, en volant leurs ressources naturelles, avec souvent la complicité de certains dirigeants véreux de l’Etat. C’est bien le cas avec la Randgold ressources, une société sud- africaine, qui opère en Bourses.

En effet, cette société avait récemment assigné notre pays devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) pour des soi-disant indemnités à concurrence de 19 milliards de nos francs. Cette instance a tranché en sa faveur. L’Etat du Mali, en partenaire sérieux et crédible a intégralement payé les 19 milliards de FCFA à Randgold ressources. L’hebdomadaire, notre confrère parisien Jeune Afrique en a fait ses choux gras.
Quelques temps après, l’Etat du Mali, à travers la division grande entreprise de la direction générale des impôts, a constaté que Randgold triche au fisc. Une délégation a été dépêchée pour un contrôle. Il est sans appel : Randgol ne payait pas depuis plusieurs années la TVA que toutes les entreprises maliennes payent.

Le montant est estimé à 42 milliards de nos francs. S’y ajoute la pénalité de 50%.
La société Randgold, dans son arrogance, son mépris pour notre pays, a refusé de payer le montant réclamé. Résultat : le très flegmatique ministre des Finances, Boubou Cissé ordonne aux agents des impôts de fermer les bureaux de l’entreprise. Mécontente, Randgold saisit de nouveau le CRDI, en se basant sur un faux document d’exonération, obtenu sur place, en brousse avec le petit chef de centre des impôts.

Alors qu’elle sait bien que cette petite structure de campagne n’est pas habilitée à signer des exonérations. Mal lui en pris puisque ce tribunal spécialisé a tranché en faveur de l’Etat du Mali, en lui demandant de payer 42 milliards de FCFA et les pénalités. Mais Randgold dans son arrogance légendaire traine les pieds pour renflouer les caisses de l’Etat.
Après, moult pressions, elle consent de payer un petit pactole de 15 milliards de nos francs sur les 42. Elle continue de manifester sa mauvaise foi, de défier l’Etat.

Depuis 4 ans, Randgold pille l’Etat, en refusant de payer la TVA. En poussant les investigations sur d’autres chapitres, l’Etat trouvera plus. Ainsi, les efforts du gouvernement pourraient s’améliorer dans la réalisation des projets de solidarité de première nécessité. En attendant, une sanction exemplaire doit être administrée à ce petit agent des impôts qui a vendu son âme à Randgold, au préjudice de l’Etat.

Le ministre des Finances doit être davantage ferme. Il ne doit céder devant aucune sirène pour accroitre les ressources du pays. Et, c’est bien sur ce terrain qu’on attend la société civile et même les politiques pour soutenir le jeune ministre des Finances dans cette croisade contre les multinationales. Ils sont invisibles et inaudibles. C’est vraiment regrettable.
La jeunesse consciente du Mali doit également se réveiller pour dire non à Randgold ! Non à l’arrogance ! Non aux pillages de nos ressources minières sans contrepartie nécessaire.

Chahana Takiou

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here