Pr Tiemoko Sangaré, president de l’Adema/Pasj : «Il est temps que les tricheries s’arrêtent en politique»

43

A la faveur de la rentrée politique de la section de  l’Adema /Pasj  commune II du District de Bamako, le président du parti,  Tiémoko Sangaré, n’est pas allé  de main morte contre le RPM et ses alliés des élections Communales qui, selon lui, s’activent à obtenir l’invalidation pure et simple  de la liste du parti dans ladite  commune. C’était le samedi dernier à la Maison de la presse.

En perspective pour les élections communales du 20 novembre, la section de l’Adema /Pasj   commune II du District de Bamako,   a tenu le samedi  22 octobre dernier, à la Maison de la presse sa rentrée politique. C’était sous la présidence du Pr. Tiémoko Sangaré, président du parti. Elle s’est déroulée en présence de plusieurs responsables du parti, ainsi que de nombreux militants.       Cette rentrée politique intervient à un moment où la liste du parti en commune  II a été attaquée en justice  par le parti présidentiel et son allié, la Codem,  pour invalidation  au motif qu’il a été constaté la trace  du blanco sur le nom d’une personne sur la liste de candidature du parti de l’Abeille.

«Je suis heureux, triste et outré à la fois. Heureux pour fêter le retour de nos camarades au sein de la ruche et l’entrée d’autres militants. Triste et outré également. Car, à quelques encablures de cet évènement, il s’est produit quelque chose d’inouïe, de révoltant. On fête cet instant tout en réfléchissant au destin de notre pays à travers un acte qui a été posé et qui peut s’avérer préjudiciable au Mali», a déclaré d’entrée de jeu le Pr Sangaré.

Partant, il a expliqué que l’argument qui a été mis en avant  aux fins  d’obtenir l’invalidation de la liste Adema/Pasj en commune II ne peut être soutenu devant aucune personne sensée  et retenu valable  comme tel. A l’en croire, la loi électorale est claire la dessus. Si on constate au niveau du gouvernorat qu’une pièce manque au dossier de la liste de  candidature, automatiquement, précisera-t-il, on appelle le mandataire  pour lui demander d’apporter au dossier la pièce manquante. «C’est ce que la loi dit. Chacun peut vouloir ce qu’il veut. Mais, nous devons tous rester sous l’empire de la loi qui fait que nous vivons en société»,  a-t-il déclaré. Avant de rassurer les membres de la section II que  tout  le comité exécutif du parti reste mobilisé derrière eux. Par ailleurs, il n’a pas passé sous silence la manœuvre entamée par le Rassemblement pour le Mali et son allié pour obtenir l’invalidation de la liste du parti. «Nous n’épargnerons aucun sacrifice pour que force reste à la loi dans notre pays. Ce qui est en passe de se passer est un déni évident  de droit. En 2013, lors des législatives, on nous a trichés. Nous n’avons pas réagi pour le Mali. Aujourd’hui, il est temps que les tricheries s’arrêtent en politique. Quand on dit  les élections, il faut que les règles de la compétition soient respectées par tous les protagonistes», a-t-il martelé. Ainsi, il a salué le retour de Sékou Diakité et la rentrée d’autres militants  au parti.

De son côté, Cheick Mamoutou Thiam, Secrétaire général de la section II, a rappelé que le retour des anciens membres du parti était l’une des recommandations phare  du dernier congrès du parti afin  d’élargir le cercle. Partant, il a fait savoir que la section II a pris toutes les dispositions pour leurs pleines participations dans les structures du parti. « Nous avons tenu compte de leurs ambitions dans la constitution des listes communales. Il n’y a pas de nouveau et d’ancien militant  à l’Adema/Pasj »,  a-t-il déclaré. Avant d’inviter  les nouveaux adhérents à faire siens des statuts et règlement du parti.

Par ailleurs, il a estimé que la liste du parti a été attaquée par l’alliance RPM/Codem parce que l’Adema a refusé  de s’allier à eux.

Sékou Diakité a, au nom des nouveaux adhérents, déclaré qu’ils sont revenus  à l’Adema/Pasj par ce que leur destin se trouve  ici. «Nous plaçons notre retour sous le signe de la cohésion, de l’unité et de la redynamisation du parti. Personnellement, il est trop tôt de mourir politiquement»,  a-t-il conclu. Rappelons que la liste de l’Adema/Pasj a été invalidée en premier ressort. Le parti en a  interjeté l’appel.

Boubacar SIDIBE


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here