Les Syndicats de l’Education Signataires du 15 Octobre 2016 face à la Presse ‘’ Au regard des problèmes que connait l’école malienne ‘’

79

Le mercredi dernier, dans la salle de conférence du Maison des Enseignants, les Syndicats de l’Education signataires, en organisant une rencontre avec les hommes de médias pour objectif les problèmes que connait l’école malienne.
Vu les limites de chaque syndicats pris isolément, soucieux de l’avenir de l’école malienne, animé d’une volonté d’unité d’action. Nous, Syndicats de l’Education Signataires du 15 Octobre 2016 (SYDEF, SYNEB, SYNTEC, SYNESEC, SYNEFT, FENAREC et la Section Enseignement Secondaire du SNEC) avons déposé sur la table du Ministre du Travail, de la Fonction et des Relations avec les Institutions, un préavis de grève de 48 heures allant du mercredi 02 au jeudi 03 novembre 2016.
Ce préavis porte sur : L’alignement des salaires des enseignants maliens sur ceux de la sous-région ; nous sommes dans la mouvance de l’intégration et de l’uniformisation des programmes de formation, nous exigeons alors que l’Etat malien harmonise les traitements avec ceux de la sous-région. L’adoption sans délai du plan de carrière des enseignants ; depuis décembre 2015, un projet de plan de carrière a déjà été validé avec le département en charge de l’éducation. A ce jour aucune suite favorable n’a été réservée à ce projet.
Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 exigent son adoption et son application sans délai. La relecture de la décision portant règlementation des examens et concours de l’éducation nationale ; la décision N°2014-03437/MEN-SG du 28 décembre 2014, portant règlementation des examens et concours de l’éducation nationale a été prise de façon unilatérale sans la participation des syndicats et au regard des insuffisances qu’elle renferme, nous syndicats de l’éducation exigeons sa relecture.
L’adoption d’une carte scolaire à l’enseignement fondamental, secondaire et la construction d’écoles publiques ; il s’agit de l’idée du respect de certaines normes ou règles dans l’occupation rationnelle de l’espace par les établissements d’enseignements publics et privés. Les syndicats demandent l’élaboration de la carte scolaire et exigent la construction d’écoles publiques. L’adoption d’un statut autonome de l’enseignant ; la généralisation du curriculum, les mesures d’accompagnements pour la mise en œuvre de l’APC et la réintroduction de l’examen d’entrée en 7ème Année ; a valorisation des langues nationales est une bonne chose mais telle qu’elles sont utilisées dans l’application du curriculum, elles constituent un handicap pour les enfants dans le processus de leur formation.
Donc nous exigeons sa généralisation pour la gestion des problèmes récurrents. L’application de l’APC nécessite une formation adéquate, un effectif raisonnable et une documentation appropriée. Nous exigeons donc la prise de mesures d’accompagnement adéquate. Un constant presque général de la baisse du niveau des enfants dès le fondamental, la réintroduction de l’examen d’entrée en 7ème Année s’impose.
Le respect strict des textes régissant la mutation ; la mutation est un droit. Elle est règlementée par des textes. Nous exigeons le respect strict des dites textes. Exemple : l’arrêté N° 2011-3282/MATCL du 11 août 2011 portant affectation, mutation et mise en congé de formation des enseignants fonctionnaires des collectivités.
L’augmentation de la prime de zone ; en égard aux conditions particulières de certaines zones arides et semi-arides, nous exigeons une augmentation substantielle de la prime de zone des enseignants. L’augmentation de l’indemnité de logements pour les catégories A, B et C ; Compte tenu du coût de la vie et des exigences spécifiques liées à la fonction d’enseignants, nous exigeons une amélioration substantielle de l’indemnité de logement pour les enseignants.

Lamine SISSOKO (Stagiaire)

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here