Société Randgold face à la presse : Intensification des efforts d’exploration

83

Depuis quelques jours, la société Randgold est le chou gras des médias. Pour un différend qui l’oppose à l’Etat du Mali. Elle organise une conférence de presse pour éclairer la lanterne des gens. C’était ce mercredi 26 Octobre à l’hôtel Onomo.

A la fin de chaque trimestre, Randgold organise une conférence de presse pour informer les Maliens de ses opérations du trimestre écoulé. Pour le trimestre écoulé, l’occasion a réuni des responsables de Randgold et beaucoup de journalistes à l’Hôtel ONOMO à 16 heures.

Le Directeur Général de Randgold, Dr Mark BRISTOW, anime la conférence avec l’appui de ses collègues.

Dans son explication, M. BRISTOW touche au complexe Loulo-Gounkoto, à la mine d’or de Morila et du différend entre Randgold et l’Etat Malien.

“Randgold se porte bien”, affirme Dr Mark BRISTOW lors d’une conférence de presse organisée par la société minière ce mercredi 26 octobre à l’Hôtel ONOMO à 16 heures. L’occasion est bonne pour Randgold de communiquer avec les Maliens à la fin de chaque trimestre. Il s’agit aussi de rendre public les actions de Randgold pour plus de transparence. “Nous sommes une société qui exploite l’or, nous devons communiquer par rapport à ça.“, dixit le DG de Randgold. Il indique que Randgold emploie environ 5000 travailleurs à majorité des maliens, 97%, qui évoluent dans trois sites.

Le complexe minier de Loulo-Gounkoto, c’est deux sites associés de Randgold. Le site de Loulo produit depuis novembre 2005. Il comprend deux mines souterraines. Gounkoto sort des ténèbres avec une découverte pure de l’exploration en 2009. Il coule son premier lingot en juin 2011 soit deux ans après la découverte. L’usine de Loulo traite le minerai de Gounkoto dans le cadre d’un contrat de traitement à façon. Compte tenu des réserves actuelles, la mine continuera à produire jusqu’en 2028.

Le complexe Loulo-Gounkoto est maintenant établie comme une opération de longue durée à forte production. Une étude de faisabilité pour une possibilité d’élargir la carrière à Gounkoto est en cours. Cette nouvelle option est opposée à l’option souterraine. Il s’agit d’une exploration du minerai en profondeur de la terre jusqu’à 400 m ou plus. Ceci, avec une expansion de la mine souterraine de Gara, va permettre à la mine de produire plus 600 koz pendant 10 ans.

La mine d’or de Morila est le troisième site pour Randgold que le DG a touché dans son explication ce mercredi. Découvert, développé et financé par Randgold, Morila produit l’or depuis octobre 2000. La mine de Morila a depuis produit plus de 6Moz d’or et versé plus de 2 milliards de dollars aux parties prenantes.

En 2009, Morila a été convertie en exploitation de traitement des stocks de réserves. Elle devrait arrêter d’exploiter en 2013. Mais avec une nouvelle option, l’élargissement de puits à présent achevé et le projet de traitement des déchets du bassin ainsi que le projet Domba, Morila produira jusqu’en 2019.

Morila a produit 122.374 oz en 2015 et devrait produire 89.795 oz en 2016.

Morila ne sera pas abandonné à son sort. “Les travaux se poursuivent sur le développement d’une activité agricole commerciale afin d’utiliser les infrastructures de la mine et de soutenir l’activité économique dans la région après la fermeture définitive de Morila”, affirme le DG de Randgold.

Suite au contrôle sur les taxes payées de 2011, 2012 et 2013 germe un désaccord entre l’Etat Malien et la société Randgold. Selon le DG Dr Mark BRISTOW, la direction des impôts a demandé à Randgold de payer les taxes en supplément de ce que la société a déjà payé. Pour lui, sa société est parmi les plus grands payeurs de taxes au Mali. “Nous avons le droit en tant que compagnie de ne pas être d’accord et qu’on s’investisse ensemble pour trouver des solutions.”, se justifie le DG de Randgold. Il continue après que c’est pour cette raison que lui, DG, personnellement avec le ministre des finances ont eu un accord où Randgold a payé en avance quelque chose. Mais malgré cela, Dr Mark BRISTOW, propose de s’asseoir pour discuter globalement sur tous les points de désaccord pour trouver des solutions.

D’après Dr BRISTOW, les services techniques des impôts ont été trop enthousiastes. De ce fait, ils ont demandé des choses pas sur la base du profit mais de façon générale tout ce que Randgold dispose comme ressources.

Yacouba TRAORE

Stagiaire

 


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here