Gouvernement Modibo Keïta : Dr Boubou Cissé, un ministre sac à problèmes !

50

Foulant au pied la décision de deux de ses prédécesseurs, Bouaré Fily Sissoko et Mamadou Igor Diarra, ainsi que les rapports produits par le cabinet d’audit,  l’actuel ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé refuse de rembourser le restant de la dette intérieure de l’Etat, sans aucune explication valable aux yeux des créanciers.

Les responsables de l’Association des Fournisseurs  et Opérateurs Economiques du Mali, ont animé une conférence de presse, le samedi 22 octobre dernier, à la Chambre de Commerce d’Industrie du Mali (CCIM). Objectif : expliquer aux hommes de média, leur indignation face à l’attitude du ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, qui refuse de régler, sans motif valable, leurs arriérés d’une période allant de 1995 à 2012. Alors que la Banque Mondiale, a accordé à l’Etat malien une enveloppe de 200 milliards FCFA afin de rembourser les dus de ses créanciers nationaux dans le but de  relancer l’économie nationale durement affectée par les évènements de mars 2012.

Mais avant de procéder à tout paiement des dites factures, le gouvernement a commis un cabinet pour effectuer un audit et l’Assemblée nationale avait statué sur la question. Des mesures après lesquelles, les deux prédécesseurs du ministre Boubou Cissé, à savoir Bouaré Fily Sissoko et Mamadou Igor Diarra ont procédé au paiement d’une partie de la dette intérieure.

Après sa nomination à la tête du département de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, s’était inscrit dans la même dynamique. Pour preuve, dans l’une de ses correspondances, N°01245 MEF-SG, en date du 10 mars 2016, adressée au directeur national du Trésor et de la Comptabilité Publique, le ministre Boubou Cissé avait ordonné le prélèvement d’un montant de 523 138 562 FCFA sur un montant global de 3 554 210 369 FCFA. Lequel montant était destiné à épurer certains dossiers de fournisseurs validés dans le cadre de la deuxième phase de l’audit de la dette intérieure pour la période de 1995-2012.

Mais, à la grande surprise des fournisseurs et opérateurs économiques le ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Boubou Cissé, fait volte-face et ordonne l’arrêt du décaissement.

Pour les responsables de l’Association des Fournisseurs et Opérateurs Economiques, cette attitude du ministre Boubou Cissé serait motivée par les conseils de certains de ses proches qui avaient été remerciés par son prédécesseur, Mamadou Igor Diarra. Il s’agit de l’actuel directeur du marché public, Ben Bouyé et Robert Diarra, chef de cabinet du ministre Boubou Cissé, deux personnes à qui, ils ont refusé de payer des pots-de-vin. Et qui, aujourd’hui, reviennent avec l’intention de se venger.

Le hic qui fait tilt  ici pour l’Association des Fournisseurs et Opérateurs Economiques, c’est qu’au moment où le ministre Boubou Cissé refuse de régler les factures des créanciers nationaux, il éponge une dette de plus de 19 milliards FCFA de la société minière SOMILO-SA, filiale de RandGold qui doit un impayé d’impôts à l’Etat d’une somme de plus 43 milliards FCFA.

« Il y a eu des audits, il ya eu des jugements à l’issue desquelles, nos factures ont été validées. Nous pensons que Boubou Cissé est ministre sur la base d’une loi. Ni lui, ni personne d’autres n’est et ne serait au dessus de cette loi. Si tel est le cas, nous exigeons de lui le paiement de nos arriérés », a déclaré Mohamed Bah, secrétaire général del’Association des Fournisseurs et Opérateurs Economiques.

Boubou, toujours Boubou, encore Boubou !

Le ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Boubou Cissé, serait-il devenu un ministre à problèmes dans le gouvernement Modibo Keïta? On est tenté de répondre par l’affirmative. Car c’est lui, qui, à travers une lettre circulaire estampillée par le ‘’sceau confidentiel’’, a instruit aux banques de ne pas financer le programme de logements sociaux, qui selon lui, n’est pas une priorité pour le Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta.

Résultat :à défaut d’avoir des financements, plusieurs dizaines d’entreprises ont été contraintes de jeter l’éponge et leurs contrats ont été résiliés par l’OMH (Office Malien de l’Habitat). Toute chose qui aujourd’hui, a sérieusement affecté l’exécution du programme présidentiel de logements sociaux.

Présenté à tort ou raison comme un ministre ‘’travailleur’’, Boubou Cissé,  doit sa nomination dans le gouvernement, en partie,  à un de ses oncles du nom de Amadou Baouro Cissé, (originaire de la ville de Djénné), richissime opérateur minier, qui a financièrement soutenu le président IBK lors de la campagne de 2013. D’où, selon nos sources, sa nomination à la tête du département des Mines dans le premier gouvernement.

Affaire à suivre !

Lassina NIANGALY


Maliweb