Vidéo de l’otage roumain: le Burkina n’a pas reçu de demande ou de revendication

39

Ouagadougou, 2 nov 2016 (AFP) - Le Burkina Faso n'a pas reçu de "demande ni
une revendication" concernant l'otage roumain Iulian Ghergut enlevé en avril
2015 au nord du pays alors que celui-ci est apparu lundi dans une vidéo, a
indiqué mercredi Alpha Barry, le chef de la diplomatie burkinabè interrogé par
l'AFP.
"Nous avons vu la vidéo dans les médias comme tout le monde. Le Burkina
Faso n'a pas reçu de demande ni aucune revendication par rapport à l'otage
roumain", a déclaré M. Barry à l'AFP. "Nous n'avons pas eu de demande de
rançon. Aucune demande ne nous a été transmise pour l'instant".
Le Roumain Iulian Ghergut, retenu en otage depuis plus d'un an par les
jihadistes d'Al-Mourabitoune de l'islamiste algérien Mokhtar Belmokhtar, est
apparu dans une vidéo publiée lundi dans laquelle il demande à son
gouvernement de tout mettre en oeuvre pour sa libération.
Officier de sécurité dans la mine de manganèse de Tambao, dans le nord du
Burkina Faso, près de la frontière avec le Niger et le Mali, Ghergut a été
enlevé le 4 avril 2015 par cinq hommes armés. Un gendarme burkinabè et le
chauffeur du véhicule qui les conduisait avaient été blessés au cours de
l'attaque. Son rapt avait été revendiqué par Al-Mourabitoune, un groupe lié à
Al-Qaïda.
Dans la vidéo, il porte une barbe très fournie, parle un français marqué
d'un fort accent et affirme que la séquence est enregistrée le 21 septembre.
Il dit être en bonne santé. M. Ghergut assure penser à sa famille et lui
demande, ainsi qu'au gouvernement roumain de tout faire pour qu'il soit libéré.
Aucun responsable local de la société britannique Pan African Minerals
(PAM) de l'homme d'affaire australo-roumain Frank Timis qui exploite le
manganèse de Tambao n'a pu être joint pour savoir s'ils avaient été saisis par
les preneurs d'otage d'une quelconque demande ou revendication.
Al-Mourabitoune est né en 2013 de la fusion du groupe de Mokhtar Belmokhtar
et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), une
des formations jihadistes du nord du Mali visées par l'opération française
Serval, lancée en janvier 2013.
Après le rapt de M. Ghergut, un couple de médecins australiens - dont
l'épouse a depuis été libérée - avait été enlevé en janvier 2016 à Djibo, dans
le nord du Burkina Faso.
Victime d'attaques régulières ses frontières avec le Mali et le Niger, le
pays a aussi connu une attaque spectaculaire lorsqu'un commando jihadiste a
pris d'assaut plusieurs établissements commerciaux en plein centre de
Ouagadougou tuant 30 personnes majoritairement des étrangers et blessant 71
autres en janvier 2016.
roh/pgf/jpc

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here