L’AS Réal de Bamako dans la tourmente

115

L’AS Réal de Bamako traverse une période de trouble. Une trouble née de la gestion opaque de l’actuelle équipe dirigeante du Real qui dit à qui veut l’entendre sa volonté de se séparer de Jean Marc Guillou (JMG).

Suite à la parution de notre article intitulé « Jean Marc Guillou, le propriétaire de l’académie de l’AS Réal sur le point de quitter le Mali » paru dans le Pays n°174 du jeudi 27 octobre, les supporters de l’AS Réal de Bamako sont partagés entre incompréhension, inquiétude et indignation. De bonnes sources, la frustration des supporters est d’autant plus grande que l’AS Réal est la première équipe malienne à s’être muée en société anonyme. Et les mêmes sources affirment « le Réal SA, qui devait consacrer le partenariat entre le Réal Association et JMG, est resté une coquille vide de sa création à nos jours ». A l’évidence, l’actionnaire principal, le Réal association, n’a ni l’expertise, ni les ressources nécessaires pour rendre la société anonyme opérationnelle, indique notre source. Et la même source de poursuivre « devant ce constat, la direction du Réal d’alors a demandé à JMG de prendre en charge la société, qui ne concerne que l’équipe première ». L’idée derrière la demande de la direction du Réal de l’époque était de mettre l’expertise avérée et la puissance financière de JMG au service du Réal SA et, plus généralement, du football malien. A son tour, JMG avait demandé un audit pour avoir une idée précise des investissements en ressources matérielles, financières et humaines nécessaires pour rendre le Réal SA opérationnel au profit de toutes les parties, rapporte notre source. Il nous est également revenu que ni la relecture promise des textes qui devait préparer le Réal pour la SA, ni les négociations pour un transfert effectif de la gestion du club à JMG cette année n’ont eu lieu. Si l’audit a été effectivement réalisé à coup de millions de francs CFA pour le Réal association, l’actuelle direction du club ne montre aucun empressement à mettre en œuvre ses recommandations, souligne notre source. Ce qui est marrant et incompréhensible, au moment où tout le Réal s’attendait à voir JMG prendre la direction de la nouvelle société anonyme, voilà que les nouveaux dirigeants s’empressent d’engager un entraîneur expatrié dans l’opacité la plus totale. Selon nos sources, ce choix est une violation de la parole donnée et partant, un désir de confisquer le pouvoir au Réal. En effet, dans la nouvelle architecture du Réal SA, le choix de l’entraineur fait partie des prérogatives du nouveau manager général, poste qui reviendrait à JMG. Par ailleurs, il nous est également revenu que la nouvelle direction s’est engagée dans un recrutement effréné, au moment où JMG s’apprête à mettre à la disposition du club une nouvelle génération de joueurs talentueux, où les cadets et les juniors du Réal viennent de jouer la finale des championnats cadet et junior. En fait le Réal a une pépinière de joueurs qui ferait pâlir d’envie les dirigeants des autres clubs maliens: l’académie qui n’est plus à présenter, Guidars, qui prépare les académiciens au championnat national et dont les joueurs non retenus par le Réal font les beaux jours de plusieurs équipes de la première division Malienne, et le centre de formation du Réal lui-même (les jeunes issus de ce centre viennent de jouer la finale des championnats cadet et junior). Les dirigeants du Réal se sont lancés dans un recrutement à tour de bras, sans même consulter le nouveau coach qu’il a recruté, coach dont le palmarès reste inconnu, par ailleurs. Ce recrutement constitue une aberration quand on sait que les scorpions sont bien lotis en termes de joueurs. En réalité, le Réal n’a aucun problème d’effectif, rapportent certaines indiscrétions. Ce recrutement est un moyen pour l’actuelle direction de faire main basse sur les ressources du club confie notre source. Et la même source d’ajouter « le Réal a plutôt un problème de gestion de son effectif de très grande qualité, qui n’est que la manifestation de l’incompétence et du manque de professionnalisme de ses dirigeants actuels ». Aussi, indique-t-il, les dirigeants actuels du Réal ne manquent aucune opportunité pour dénigrer l’académie auprès des supporters et critiquer le contrat de partenariat qui lie le club à JMG, contrat qu’elle a elle-même rédigé et signé. En fait, la nouvelle direction donne l’impression de vouloir gagner du temps pour ne pas accéder à la volonté manifeste des supporters de voir leur équipe tirer pleinement profit de son partenariat avec JMG. En toute état de cause, le départ de JMG fera tâche d’huile non seulement au Réal mais par ricochet à l’ensemble du football. Il appartiendra donc au supporter du Réal de se mobiliser pour contrarier le projet de la nouvelle direction du Réal et cela pour le bonheur du football malien.

Affaire à suivre…

Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here