Prévention des conflits en Afrique de l’Ouest : Une vingtaine de journalistes à l’école de Gorée Institute

40

L’atelier de trois jours, organisé par Gorée Institue-Centre pour la démocratie, le Développement et la Culture en Afrique dans ses locaux sur l’île de Gorée, a permis à une vingtaine de journalistes venus de neuf pays de la sous-région de renforcer leurs capacités sur la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest.

Dans le cadre de l’exécution des activités de son projet « Medias et Prévention des Conflits », Gorée Institute, a organisé un atelier de formation à l’intention d’une vingtaine de journalistes venant de neuf (09) pays d’Afrique de l’Ouest à savoir Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo. C’était du 2 au 4 novembre 2016 dans ses locaux sur l’Île de Gorée au Sénégal sur le thème «Liberté de la presse et responsabilité des medias dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique ». L’objectif global de cet atelier qui intervient après deux autres, était de renforcer les capacités des bénéficiaires dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest. Aussi, il s’agissait de promouvoir les principes de la « liberté de la presse » et de la «responsabilité sociale des medias». A Gorée Institute, on est conscient que « des medias libres, indépendants et responsables sont le socle de la démocratie et les garants de la paix sociale ».

Dans son mot de bienvenue, Abdoul Salam, Directeur des ressources humaines de Gorée Institute qui assurait l’intérim du Directeur général en déplacement, a souligné toute importante que l’Institut accorde à cet atelier.

Durant trois jours, les participants ont eu droit à plusieurs exposés faits par le facilitateur, Moustapha Gueye assisté par Dr Mouminy Camara, tous enseignants au CESTI de Dakar. Il s’agissait entre autres de l’« Organisation et le fonctionnement des medias en Afrique de l’Ouest : la liberté de la presse et la prévention des conflits » ; « La liberté de la presse en situation de conflit » ; « Identification des causes et des enjeux des conflits en Afrique de l’Ouest » ; « Définition des concepts et typologie des conflits » ; « Identification des causes et des enjeux des conflits en Afrique de l’ouest » ; « Identifications des acteurs et attitudes des journalistes : équidistance, neutralité ou connivence ? », « Identification des étapes de la dynamique de conflit : pour quels comportements professionnels ? » ; « Identification des bonnes et des mauvaises pratiques professionnelles » ; « Présentation des aptitudes pour un journalisme sensible aux conflits ». Précédées de travaux de groupes, ces présentations ont été suivies par des débats intéressants entre participants et facilitateurs.

Des participants très satisfaits

Des recommandations ont été formulées par les participants allant dans le sens de la poursuite du plaidoyer pour la participation des medias à la prévention des conflits et la consolidation de la paix, l’organisation d’ateliers de ce genre dans chaque pays de la sous-région, l’élaboration d’un guide sous forme de lexique, la pérennisation des formations de ce genre, etc. Les participants se sont engagés à faire des productions sur le thème de l’atelier. Le Chargé du Programme Consolidation de la Paix et Prévention des Conflits à Gorée Institute, Frédéric Kwady NDECKY, a remercié les participants pour leur disponibilité. « Vous n’êtes pas des gens qui nous inquiètent. Nous avons offert la collaboration. Vous nous avez donné de la matière », a-t-il affirmé. Au nom des participants, Sériba Koné de la Côte d’Ivoire a tenu à remercier les responsables de Gorée Institute et leurs partenaires. Il a salué l’engagement des facilitateurs. « Les travaux se sont passés dans une ambiance bon enfant », a-t-il souligné tout en se réjouissant des échanges enrichissants entre les facilitateurs et les participants. Selon lui, les trois jours ont permis aux participants de renforcer leurs capacités afin de jouer leur rôle dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix. « Nous nous sommes dit beaucoup de choses pendant ces trois jours », a fait savoir Moustapha Gueye, le facilitateur. Cela, a-t-il dit, consolide et réconforte le choix de l’atelier participatif. Il a insisté sur l’amélioration du module de cette formation. Moustapha Gueye s’est réjoui de la participation active des séminaristes. Il a remercié et encouragé Gorée Institute à appuyer les initiatives issues de cet atelier.

En clôturant les travaux, Abdoul Salam a rendu un hommage particulier à Frédéric Kwady NDECKY qui s’implique pour la réussite du projet. Abdoul Salam a appelé à l’émergence d’un environnement de paix afin que l’Afrique puisse prendre son destin en main. Il n’a occulté le rôle que les medias, notamment les journalistes, peuvent jouer en faveur d’une Afrique en paix. L’atelier a pris fin par une remise de certificats aux participants et une visite guidée de l’île de Gorée.

Chiaka Doumbia*Retour de l’Île de Gorée* à Dakar (Sénégal).

La recherche et l’ouvrage !

C’est en septembre 2013 que la mise en œuvre de ce projet « Medias et prévention des conflits » a débuté avec une recherche dont les résultats sont publiés en novembre 2014 dans le livre intitulé : « Evaluation de la participation des medias dans la consolidation de la paix, la prévention des conflits et les droits de l’homme en Afrique de l’Ouest. Regards croisés d’universitaires et de journalistes professionnels ». Cet ouvrage a dressé un bilan peu reluisant de la responsabilité sociale des medias. Parmi les recommandations formulées par les experts, une bonne place est reversée au renforcement des capacités des acteurs en vue de la contribution des medias aux efforts de prévention des conflits et de consolidation de la paix. Conformément aux recommandations contenues dans l’ouvrage, Gorée Institute s’est engagé à contribuer au renforcement des capacités des acteurs des medias dans la production d’une information pertinente et impartiale sur les conflits actuels ou potentiels en Afrique de l’Ouest, sans alimenter le cercle vicieux de la violence.

C.D

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here