La Femafoot et le verdict du TAS : Boubacar Baba Diarra pour une A.G Extraordinaire – Le niet des Frondeurs Le début d’un autre bras de fer

74

La FEMAFOOT, à travers son Président Boubacar Baba Diarra organisait une Conférence de presse à son siège Vendredi dernier pour faire le compte rendu de sa visite à Zurich en Suisse. Le lendemain Samedi, les frondeurs eux aussi ont animé une conférence de presse au siège d’EFICA. C’était sous la houlette de Yeli Sissoko. La divergence de vue est totale.

La FEMAFOOT, elle s’est inscrite dans la dynamique d’une Assemblée générale extraordinaire, pendant que le collectif des Ligues et Clubs majoritaires lui, est favorable à une A.G Ordinaire.

La FEMAFOOT estime que la décision du TAS n’est pas suspensive et que le TAS n’a pas un rapport de subordination avec la FIFA, par contre le CLCM affirme que l’article 59 du Statut de la FIFA version 2016 lève toute équivoque.

Cet article donne feu vert au TAS de régler les conflits qui opposent ses membres. Et ses décisions s’imposent à tous. Aussi l’art 121, alinéa 1 du statut de la FEMAFOOT tranche la question.

La FEMAFOOT accuse le Ministre des sports de partialité. Elle l’accuse d’être proche du collectif pour avoir invité ses membres à Zurich.

Par contre, le CLCM affirme pour sa part que toutes les deux parties ont été invitées par le Ministère des sports pour aller discuter du problème du football malien et trouver un règlement à l’amiable. «Le Ministre Poulo a dit devant tout le monde qu’il ne reconnait que la FEMAFOOT dirigée par Boubacar Baba Diarra. Et aussi, il nous a obligés à accepter les propositions de l’Assemblée nationale qui nous étaient défavorables» a indiqué Yeli Sissoko.

Selon la FEMAFOOT, la FIFA a mis en garde le Ministre de prendre des sanctions contre le Mali en cas de retrait de la délégation de pouvoir.

Le CLCM s’inscrit en faux contre ces allégations et estime que des cas similaires se sont produits au Benin, au Togo, en Sierra Léone et en Guinée où il n’y a eu aucune sanction.

Pour la FEMAFOOT, il s’agit d’une question d’argent autrement dit que le Ministre veut avoir un regard sur la gestion des fonds de la FEMAFOOT et que Yeli cherche seulement le poste de Finances.

Et pour le CLCM, il s’agit certes d’un problème d’argent, question de savoir où sont passés les sous du football malien. Cette année, près de 3 milliards F CFA ont été encaissés par la FEMAFOOT. Mais quels sont les Clubs ayant reçu la totalité de leur subvention ?

«Boubacar Baba Diarra et Yacouba Traoré dit Yacoubadjan doivent être sanctionnés. Ils vont à la FIFA créer un vide afin de suspendre le Mali » a laissé entendre le camp d’en face.

Au regard de tout ce qui précède, chacun des camps reste droit dans ses bottes et le Mali risque bien une suspension.

Compte tenu de la forclusion de la FEMAFOOT à organiser une AG Ordinaire en respectant les règles en la matière, elle est dans la dynamique d’organiser une AG Extraordinaire le 29 Novembre prochain comme proposé par la FIFA dans le cadre d’un règlement à l’amiable.

Mais cela n’est pas de l’avis du collectif des Ligues et Clubs majoritaires qui exigent l’application de la sentence du TAS à travers l’organisation d’une AG ordinaire.

«Nous n’allons pas à une AG Extraordinaire» a indiqué l’émissaire du collectif à Zurich, Yeli Sissoko. «Nous n’écoutons ni Primo Carvalo, ni la FIFA… Ce qui nous intéresse, c’est le verdict du TAS contre la FEMAFOOT pour non-respect de la sentence».

Aussi de préciser que le Collectif entend porter plainte ce Lundi contre Primo Carvolo devant la Commission d’Ethique de la FIFA.

Pour le bonheur du football malien, il faut que cette affaire cesse. Aussi l’Etat doit prendre toute ses responsabilités afin d’éviter de plonger le football malien dans un marasme.

TC

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here