“Rendez-vous avec Koulouba” : IBK veut des forces de sécurité plus offensives

38

Ce mercredi, face à la presse, Racine Thiam, le directeur de la communication et des relations publiques de Koulouba, a abordé plusieurs questions. Celle relative à la recrudescence de l’insécurité à travers le pays a dominé les débats parce que Koulouba éprouve de réelles difficultés sur ce plan.

Le 10e numéro de “Rendez-vous avec Koulouba” a tourné autour de deux points essentiels ; à savoir : la dégradation de la situation sécuritaire sur l’ensemble du pays et la reprise de l’école à Kidal.

S’agissant de la situation sécuritaire, Racine Thiam reconnaîtra qu’il y a une recrudescence de l’insécurité à travers le pays ces mois-ci, ajoutant que le théâtre des opérations s’est déplacé partout au Mali.

“On a l’impression que ce sont des attaques organisées pour porter un coup aux résultats sécuritaires engrangés récemment”, a-t-il martelé. Il a ajouté que malgré les efforts, des difficultés sécuritaires subsistent.

Racine affirmera que pour mettre un terme à ces attaques à répétitions, le président de la République a instruit lors du dernier conseil de défense aux forces de sécurités d’être plus offensives et proactives en quittant la posture défensive.

Néanmoins, il rassurera que les forces de sécurité sont en alerte et que toutes les dispositions sont prises pour sécuriser l’ensemble du territoire. Sur le chapitre, Racine a aussi affirmé sans ambages que ces attaques sporadiques ne mettraient pas en cause l’organisation du Sommet France-Afrique.

Au-delà de cette situation sécuritaire peu reluisante, la voix de Koulouba évoquera ce qu’il appelle les bonnes nouvelles.

D’abord comme bonne nouvelle, Racine Thiam évoquera la reprise de l’école à Kidal. “L’école a repris à Kidal même si c’était de façon symbolique”, a-t-il affirmé. Il a aussi relevé le rapport du Doing Business de la Banque mondiale qui classe le Mali comme premier réformateur en matière d’assainissement du climat des affaires en zone Uémoa.

Il n’a pas manqué de rappeler que le mois d’octobre a été marqué par un intense ballet diplomatique pour dire que notre pays compte dans le concert des nations.

Oumar B. Sidibé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here